Pourquoi immigrer au Canada
Vie pratique

Pourquoi immigrer au Canada ?



J’ai reçu il y a quelque temps l’email d’un lecteur du blog me disant qu’il voulait lui aussi tenter sa chance au Canada. Je lui ai alors demandé de m’exposer son projet plus en détail et surtout de m’indiquer dans quelles branches lui et sa femme travaillent.
Il m’a aussi demandé si j’étais toujours d’accord avec l’article L’immigration au Canada est-elle une bonne idée écrit en 2011.

Les raisons des Français d’immigrer au Canada

Au cours des 4 dernières années, j’ai reçu pas mal d’emails de gens voulant immigrer au Canada, généralement à Toronto et plus récemment en Alberta. Le blog étant surtout dédié à Toronto, on me demande souvent s’il est facile de trouver un boulot sur place.

Les raisons d’immigrer des Français (parfois je reçois des questions de nos amis Belges mais c’est assez rare) sont généralement similaires d’un email à un autre.

  • Morosité ambiante de la France (que ce soit en 2010 ou en 2014, ça n’a pas changé)
  • Envie d’obtenir un meilleur travail
  • Envie d’aller voir ailleurs tout simplement (question assez rare quand même)
  • Parce que le Canada c’est juste trop cool, ben oué je l’ai vu à la télé et entendu à la radio ! (souvent…)
  • Ton blog nous a donné envie de partir (des lecteurs très gentils 🙂 )
  • Une meilleure vie pour ses enfants (ça j’ai toujours un peu de mal à comprendre pourquoi les enfants éloignés de leur famille seraient vachement mieux à 8000 bornes mais bon. Et puis bon, on vit en France et pas dans un pays en guerre)
  • Une vie plus cool (Ca oui, je peux le comprendre par contre !)
  • Une vie à l’américaine
  • Envie d’une nouvelle expatriation (certains lecteurs ayant déjà vécu à l’étranger)
  • Parce que les Canadiens y sont trop gentils !! (Ouais !!)
  • On paye trop d’impôts et y en a marre de la Hollandie ! (Bon ça c’est quelque chose qui revient BEAUCOUP sur les forums)
  • Parce que la France c’est de la merde et puis c’est tout (Jamais dit comme ça mais sous entendu à chaque fois ou presque)

Pourquoi immigrer au Canada ?

Les raisons évoquées ci-dessus sont généralement valables dans une moindre mesure. Quitter la France à cause des impôts, je peux évidemment comprendre mais il faut aussi savoir où on va mettre les pieds. Finies les 5 semaines de vacances et les RTT, aux oubliettes les crèches pas chères et l’excellent système de santé. Enfin, les mutuelles peuvent se révéler très chères et ne couvrent généralement pas aussi bien qu’une mutuelle entreprise en France. Il faut parfois avoir recours à une mutuelle privée pour se faire rembourser les frais hallucinants de dentiste !

Petite anecdote à ce sujet :

Je suis en contact avec une personne rencontrée en France en 2010 (quelques mois avant notre départ), la cinquantaine, une famille, un job d’ingénieur bien payé. Lui et sa famille vont au Québec chaque année car ils adorent. Ils connaissent donc a priori très bien la province.

En 2010, il m’a annoncé vouloir partir en 2015 avec ses enfants. Il aura mis assez d’argent de côté et ne sera plus obligé de travailler.

Quand je le recontacte en 2013, il a lancé les démarches pour le CSQ et la RP. Quand je lui envoie un email fin 2014, il me dit que ça y est, il a les visas en poche mais, il y a un mais, leur projet tombe à l’eau puisqu’ils se sont rendu compte (ah) qu’il n’était pas possible de souscrire à une mutuelle privée pouvant gérer un problème de santé pour sa femme. (Captain Obviousssss)

dur
Je vous rappelle quand même que la RP coûte chère et le CSQ aussi. ET que cela prend environ 2 ans pour aboutir. Sans parler du fait que vous avez 2 PUTAIN d’années pour vous renseigner sur la faisabilité de votre projet. 2 ANS quoi ! 24 MOIS.

Après vérification, cette famille a donc dépensé un total de 1243 $ rien que pour le CSQ et 1325 $ pour la RP. Un total de 2568 $ donc. Pas mal pour un projet qui ne peut pas aboutir non ?

Redevenons sérieux 5 min

Mais quand vous connaissez internet, vous avez accès à des forums, à de merveilleux blogs et à des sites internet qui vous expliquent pourquoi il est bien de préparer bien à l’avance un projet aussi important que l’immigration au Canada.

Car outre tous les aspects indiqués précédemment, immigrer au Canada permet effectivement de :

  • Changer de vie
  • Avoir un rythme de vie plus cool
  • Une maison avec un jardin à l’américaine (bon sauf si vous habitez une barre d’immeubles bien évidemment)
  • Gagner logiquement un peu plus d’argent quand on est généralement mieux payé au Canada
  • Reprendre des études à zéro facilement
  • Avoir le choix de vivre en anglais
  • Permettre à ses enfants d’être bilingues
  • Vivre dans un super beau pays quand même (Parce que le Canada est très riche en somptueux paysages)


N’oubliez pas non plus que BEAUCOUP de professions sont régies par des ordres. Si vous êtes ingénieur, médecin, comptable ou autre, il faudra d’abord être reconnu par cet ordre (moyennant des dollars) avant de pouvoir exercer votre job. Parfois, il faudra même tout reprendre à zéro car vos diplômes ne seront pas reconnus ! Et ne vous faites pas berner par l’immigration Québécoise qui se base UNIQUEMENT sur le titre de votre diplôme pour vous donner des points, leurs services ne vous aideront aucunement à faire reconnaître tout ça une fois sur place. Ce n’est pas parce que le CSQ vous est accordé que vous pourrez exercer ce métier ! Mister a bien eu son CSQ grâce à une expérience de 6 mois en tant que serveur dans un bar !! (Car il n’avait pas encore obtenu son diplôme à l’époque)

Donc ne faite pas comme tous ces gens qui vont au Canada et s’aperçoivent qu’en fait, ben mince ! Mon métier fait partie d’un ordre !

Et n’oubliez pas non plus que ce n’est pas parce que vous êtes reconnu au Québec que vous le serez en Alberta ou en Ontario, non non, encore une fois, il faudra aligner les dollars pour vous faire reconnaître par la province en question !

Mais alors, l’immigration au Canada est-elle une bonne idée ?

Je vais reprendre point par point ce que j’avais indiqué en 2011

  • J’ai un super boulot en France qui paye très bien Honnêtement, ça ne vaut pas le coup de quitter une super situation très confortable en France pour l’inconnu le plus total. Trouver du boulot au Canada n’est pas simple et trouver quelque chose dans sa branche peut prendre des années !
  • J’ai passé 35 ans Si ça ne vous embête pas de tout reprendre à zéro alors que vous êtes sûrement bien installé en France, pourquoi pas… Mais passé 35 ans, le PVT n’est plus possible et moins de chances d’obtenir une RP car vous n’aurez pas le maximum de points
  • J’ai des enfants Une question qui va de pair avec les questions ci-dessus. C’est à vos risques et périls.
  • Je déteste le froid Ca risque d’être difficilement supportable sur le long terme mais bon… Je suis bien revenue ! Et puis il reste la Colombie-Britannique si vous êtes du genre « Youpi la pluie ! »
  • Je souhaite travailler dans plein de villes différentes au fil du temps Il faudra se limiter très certainement à Montréal et Toronto pour pas mal de branches d’activité.
  • J’ai moins de 20 000 $ en poche Si vous faites partie de mes meilleurs amis les PVTistes et avez 2000 $ en poche, évitez de m’envoyer un email. OUI le Canada est très cher. OUI il faut de l’argent.
  • J’ai un niveau très moyen en anglais Allez au Québec mais sachez que l’anglais est quand même très souvent demandé pour des bons postes ! Pour ce qui est du reste du Canada, c’est pareil, évitez de m’envoyer un email 🙂
  • Mon travail fait partie d’un ordre Comme expliqué précédemment, faites TRES attention. Cela peut prendre des années avant de bosser dans votre branche !

Voilà, j’espère que cette petite mise à jour vous aura plu 🙂 N’hésitez pas à commenter et à me dire que « Pff mais non ! T’as complètement tort !!! Moi j’ai 50 ans, je fais partie d’un ordre, j’ai 9 enfants et ma vie est trop géniale à Winnipeg ! ».

lol

 

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

46 Commentaires

  • Répondre Nah 26 janvier 2015 at 2:23

    Le Royaume-Uni répond à beaucoup de points ci dessus, les 5 semaines de congés, un bon système de santé, des salaires très intéressants et la distance en moins. Pourquoi ne l’avez vous pas envisagé?

    • Répondre Lisa 26 janvier 2015 at 7:31

      Bonjour,

      La question est-elle pour moi ou plutôt les lecteurs qui se posent la question de quitter la France ? Dans notre cas nous n’avons jamais envisagé de partir aux UK.

      • Répondre Nah 26 janvier 2015 at 1:11

        Pour répondre à votre question initiale, j’ai quitté la France et une situation posée (emploi, reconnaissance, vie centrale dans Paris) pour le Royaume-Uni. Le déclencheur a été une opportunité professionnelle équivalente à ce que j’avais en France (contrat local, il ne s’agit pas d’une expatriation) avec le déménagement pris en charge.
        Pourquoi suis-je parti?
        Après un constat très simple, une évidence qui est qu’une vie eat conditionnée par l’environnement dans lequel elle évolue.
        Par exemple, l’environnement parisien est très urbain, très concentré. Il est aussi dangereux dans certains endroits. Cela conditionne les loisirs, les lieux où l’on vit, la manière de se déplacer. La spatialisation de la France aussi est particulière très centripède autour de Paris, elle ne permet pas l’émergence de pôles régionaux forts plus variés (comme l’Allemagne).
        Changer de pays, c’est changer ces paragdimes pour évoluer sur d’autres bases. Il est par exemple possible de bénéficier des avantages d’une grande ville (vivier d’emploi, culture, sorties) tout en ayant par exemple des loisirs très verts au pied de chez soit (dans mon cas, vtt, course trail).
        En second, ce qui m’a décidé, c’est l’envie d’explorer plus d’autres équilibres vie professionnelle/vie privée. J’ai 5 semaines de congés, des jours fériés reportables s’ils tombent un week-end et surtout je fais du 8h30 17h00 tout en étant à un poste de management. Les premiers soirs, j’ai eu comme un gros sentiment de vide face au temps ainsi libéré (et aussi plein de questions philosophiques comme « mais qu’ai je bien pu faire de ma vie? » en repensant à mon rythme de vie en France.
        Un autre aspect est de pouvoir vivre et travailler en anglais. J’ai toujours travaillé en anglais en France et ça me faisait envie de vivre à 100% en anglais.
        Aussi, la France est un pays marquée par les populations qui ont fait son histoires et un « mix » d’immigration et de brassage culturel qui en font son identité propre. Je suis moi même d’identités variées et cela peut être limitations ou biaisant selon l’interlocuteur que l’on peut avoir et des a priori. En changeant de pays, j’ai pu expérimenter un mix différent propre à l’histoire de ma culture d’accueil et donc explorer d’autres cultures de manière plus approfondie qu’au cours de simples voyages et j’ai pu vivre l’expérience positive de voir mes identités vues, lues et comprises différemment par les interlocuteurs ici.
        Pour finir, j’ai fui le confort pour me « remuer la pulpe » et devenir « autre » sachant que ce type d’expérience allait forcément modifier le regard porté sur la vie ou le rapport aux autres sans pour autant qu’ils s’agissent de révélations solaires ou transcendendales : parfois la source de gros changements intérieurs est dans de petits détails fortuits.

        • Répondre Lisa 26 janvier 2015 at 10:36

          Un très beau récit ! Je me retrouve dans ce que vous dites. J’espère que ça motivera d’autres personnes à sortir de leur train-train quotidien 😉 Il ne suffit pas de partir l’étranger pour changer de vie cependant mais ça booste pas mal !

        • Répondre Tjay 5 juillet 2015 at 10:28

          Bonjour Nah!

          J’envisage de m’expatrier très prochainement soit au Canada soit en UK justement… je suis actuellement entrain de faire le pour et le contre sur chacun de ces pays… As tu une adresse mail pour que l’on puisse se contacter?

        • Répondre Njsan 18 août 2016 at 5:23

          tout à fait d’accord avec vous, merci pour ces lignes 🙂

  • Répondre Nah 26 janvier 2015 at 11:48

    Intéressant, est ce parce que la destination paraît moins « exotique » que les grands espaces nord américain?

    • Répondre Lisa 26 janvier 2015 at 10:00

      C’est plutôt que j’adorais les USA en effet et du coup le Canada était ce qui s’en rapprochait le plus 😉 L’Angleterre et sa flotte + le coût de la vie, bof bof 😉 Mais bon je ne suis pas très attirée par l’Australie par exemple.

  • Répondre Alice 26 janvier 2015 at 4:52

    Point météo : en dehors des zones côtières de Colombie-Britannique, il neige et il fait froid aussi :).

    Autrement, bon article. On ne le redira jamais assez, il faut réfléchir avant de tout lâcher pour venir au Canada.

    • Répondre Lisa 26 janvier 2015 at 10:02

      Oui héhé 😉 Mais bon disons que deux grandes villes s’en tirent pas trop mal : Vancouver et Victoria. (J’ai un copain qui a quitté l’Ontario pour Victoria et en est tombé amoureux)

      Beaucoup lâchent tout et viennent… Bon ça se verra de moins en moins vu la difficulté pour obtenir les visas désormais.

  • Répondre Didier 28 janvier 2015 at 6:39

    Coucou Lisa !
    Le nouveau design de ton blog est très réussi.
    J’ai découvert ton blog il y a quelques années et je n’ai pas suivi ton conseil concernant l’âge, car j’ai déposé ma RP bien après 35 ans, alors que j’avais déjà une vie pro bien établie et 2 enfants 🙂
    Comme toi, je fais partie des gens qui ne regrettent pas d’avoir choisi l’Ouest Canadien et le climat agréable.
    Les opportunités pros sont nombreuses mais il faut vraiment s’accrocher pour les obtenir et les garder.

    • Répondre Lisa 28 janvier 2015 at 10:17

      Merci Didier 😉 J’ai changé le design début janvier et je suis plutôt contente 😉 Ravie qu’il te plaise !

      Héhé mes points ne sont pas parole d’évangile et heureusement 😉 J’ai d’autres exemples de gens de 40 ans et plus qui s’en sont très bien sortis 😉 je trouve de mon côté que les opportunités dans l’ouest ne sont pas légion mais bon les paysages sont si beaux… Nous retournons en BC en février d’ailleurs pour skier. (Fernie)

  • Répondre Carole 29 janvier 2015 at 10:48

    Salut!
    dans ton article, tu écris : »ils se sont rendu compte (ah) qu’il n’était pas possible de souscrire à une mutuelle privée pouvant gérer un problème de santé pour sa femme.  »
    j’aimerai en savoir plus: comment ils se sont rendus compte de ça?
    merci de ton aide.

    • Répondre Lisa 29 janvier 2015 at 6:44

      A priori ils avaient contacté des mutuelles privés… Cest sur ce n’est pas donné quand Cest prive. Et en plus ils ne sont pas obligés de t’accepter si tu as une maladie lourde. Alors que les mutuelles du boulot ne peuvent pas te refuser l’accès aux soins. A noter qu’il y a généralement une période de carence de 3 mois quand on arrive de France. Donc à ce moment la tout est payant.

  • Répondre Greg 2 février 2015 at 4:46

    Bonjour Lisa. Tout d’abord bravo pour ton blog qui est une vraie bible d’informations pour toute personne désirant s’installer à Toronto. En lecteur assidu, je suis en général tout à fait d’accord avec toi sur la majorité des sujets abordés mais je souhaite néanmoins apporter mon point de vue sur l’expatriation avec des enfants.
    Certes, vivre à 8000km des grand parents restés en France est le gros point noir quand on prend ce type de décision, mais il y a tant d’autres choses qui rendent une telle expérience bénéfique pour des enfants (les miens ont 4 et 6 ans):
    – Pour un coût équivalent, passer d’un appartement minuscule en proche banlieue parisienne à une maison avec un jardin et 2 fois plus d’espace, où chacun a sa propre chambre.
    – Vivre à proximité d’innombrables parcs pour se balader, jouer, faire du vélo, rencontrer d’autres enfants… Et en ce qui nous concerne, nous avons même la chance d’habiter dans le quartier des Beaches, à 5 minutes à pied de la plage.
    – Un système éducatif au top avec, dès la maternelle, un suivi quasi quotidien et des rencontres régulières avec l’enseignant, des infrastructures bien meilleures que ce que l’on peut trouver dans le public à Paris (ordinateurs dans les salles de classe, gymnase, terrain de foot, piste d’athlé… de la science fiction dans la majorité des écoles élémentaires parisiennes !). Des enseignants généralement plus cools et abordables, qui axent davantage l’apprentissage sur le jeu.
    – Le bilinguisme: quel que soit le choix du système éducatif (francophone ou anglophone), l’apprentissage de l’anglais finit par se faire de manière automatique
    – Des activités innombrables pour les enfants: j’ai croisé tant de parents qui passent leur semaines à jongler entre les cours de hockey, de musique, de dessin, de karaté, de soccer.. de leurs enfants. Certains en font trop à mon avis mais il y a une offre réellement considérable. Alors c’est vrai que tout ça a un coût (on est à Toronto, ne l’oublions pas) mais il faut aussi savoir que les nombreuses patinoires et piscines de la ville sont généralement gratuites.

    Bref même s’il y a évidemment des sacrifices à faire, il me semble possible que des enfants s’épanouissent autant, sinon plus, qu’en étant resté en France. Et n’oublions pas non plus la disparition totale des horaires de boulot parisiens (à la con), ce qui facilite sans doute la vie quotidienne de pas mal de familles…

    Je ne dis pas que tout est parfait mais globalement, il est tout à fait possible d’y trouver son compte même si cela est certainement rendu plus facile quand les 2 parents travaillent.

    • Répondre Lisa 2 février 2015 at 4:58

      Merci Greg 😉 Tu as bien raison d’apporter ton point de vue ! C’est le but.

      Effectivement tous tes arguments sont valables. Après est-ce que tes enfants de 4 et 6 ans se plaignaient du petit appartement et du manque d’activités par exemple ? Je trouve que le choix vient forcément des parents mais je comprends qu’on veuille une meilleure vie pour ses enfants bien sûr. Après je t’avoue que je suis toujours un peu sceptique quand on dit qu’on le fait pour ses enfants, je pense qu’on le fait pour soi avant tout quand même. Je ne pense pas que les enfants soient plus malheureux en France qu’au Canada par exemple 🙂

      Concernant le système éducatif, tu es le premier que je rencontre et qui vante le système canadien, a priori le niveau est très très bas. De ce que m’ont dit des copains avec enfants ici en tout cas. Perso je n’en sais rien du tout !!!

      Effectivement les activités ont un coût et surtout les parents ont l’air de pousser comme des malades. J’ai une collègue qui me disait que certains enfant dès 4 ans font 10 h de hockey par semaine !!!

      • Répondre Greg 3 février 2015 at 11:09

        Tu a raison, s’il fallait attendre que les enfants fassent eux-memes le choix d’une expatriation je crois qu’il faudrait attendre … quelques decennies ! C’est evidemment un choix que l’on fait pour eux, en esperant qu’il soit bon.

        Concernant le systeme educatif, mon experience se limite aux classes de maternelle (un peu tot pour vraiment parler de niveau scolaire) et de 1ere annee (equivalent du CP). Perso, je trouve que le niveau en lecture et en ecriture est pour l’instant largement au niveau de la France, et l’environnement d’apprentissage me semble excellent. Mais tout cela est peut etre aussi propre a chaque ecole, voire a chaque enseignant…

        • Répondre Lisa 3 février 2015 at 2:28

          Hehehe je te taquine 🙂 pour les enfants c’est bon à savoir. Je te dirais quand j’en aurais 😉

  • Répondre Cyril 4 février 2015 at 8:52

    Bonjour !

    Sympas petit article 🙂

    Je voudrais exposer mon point de vue sur le point « j’ai un super boulot en France qui paye très bien Honnêtement, ça ne vaut pas le coup de quitter une super situation très confortable en France pour l’inconnu le plus total. Trouver du boulot au Canada n’est pas simple et trouver quelque chose dans sa branche peut prendre des années ! »

    Mon amie et moi, sommes dans une bonne situation (Cadre tous les deux), venons de démissionner de nos emplois (fin de nos CDI le 30 Avril, 3 mois de préavis) pour partir au Canada. On a déjà vendu quelques meubles, acheté billet d’avion ..; (départ le 2 juin!) Nous n’avons pas d’offre d’emploi, pas de permis de travail… On espère bien sur avoir un PVT ^^ (j’aime bien jouer au loto ;))

    Je sais que pour certain(e)ca peut paraître « stupide », « n’importe quoi » voir « idiot », mais on part du principe que l’on à qu’une seule vie, on a envie de mettre un peu de piment dans notre vie (voir beaucoup ^^) !! Bien entendu on a quand même un peu d’argent de coté, et si on a pas au moins un PVT on se fera un an en Australie.

    Mais je ne vois pas pourquoi, si on a une bonne situation il serait déconseillé de partir. C’est vraiment à l’appréciation de chacun ! On sait que notre frileux projet (pas de permis de travail) sera rude ! Mais avec de la motivation, de l’envie, on peut tout faire dans la vie !!

    Et l’inconnu, c’est bien aussi ! Et tout repartir de Zéro, dans un nouveau pays, une nouvelle culture, ca c’est vivre !!! (avis personnel bien sur ^^)

    Après c’est sur, on peut se casser les dents.. Au pire qu’est ce que cela nous fera?? On aura dépensé nos économies? mais aussi vu autre chose… On aura perdu un an voir plus? je ne pense pas, la vie est pleine d’expérience, bonne ou mauvaise, mais on le voulait, on l’aura fait.

    (blog bien sympas 😉 )

    • Répondre Lisa 4 février 2015 at 2:29

      Coucou 😉

      Je pense que c’est laissé à l’appréciation de chacun. De mon point de vue, prendre autant de risques (quitter son boulot, quitter son logement) pour un pays inconnu où il n’est pas facile de se faire une place dépendamment de son secteur d’activité est très risqué. Oui ça peut marcher mais on peut également perdre plein d’argent et son temps. Alors oui 1 an ce n’est pas grand chose mais il faut aussi voir que certains viennent en famille, se plantent et repartent la queue entre les jambes sans argent. Donc disons que ça dépend de l’âge aussi et de la capacité d’adaptation. Un critère qui est rarement mis en avant.

      Si aujourd’hui tu me demandais si je repartirai à 28 ans sans rien, je te dirais probablement oui mais c’est parce que je loue simplement une maison, je n’ai pas d’enfants etc. Donc encore une fois, ça dépend vraiment de chaque situation. A mon avis tu me redemandes d’ici 2 ans, je te dirais non 😉

      Effectivement j’ai l’impression que tu aimes jouer au loto 😀 Pas de permis de travail, espérer obtenir le PVT. Bon on dirait bien que vous êtes jeunes et avez surtout besoin de voir autre chose, je me trompe ?

      Attention à certaines affirmations quand même. Sans permis de travail = tu ne peux rien faire. Tu ne peux pas ouvrir de compte en banque, tu ne peux pas louer, tu ne peux pas bosser et rares sont les employeurs qui vont te sponsoriser sauf si tu as un boulot particulier qui poussent les boites à te recruter. (C’est honnêtement très rare)
      Après tu peux toujours vivre en mode « clando », ce que font certains mais enfin si tu poses la question à ces gens là, ils aimeraient tous avoir un permis de travail valide. Sauf que dès le moment où tu t’es mis dans l’illégalité, la douane et les services canadiens peuvent te refuser un visa de travail. Il faut le savoir.

      Je suis d’accord avec toi, la vie est pleine de surprises et il faut se planter pour avancer dans tous les cas. Maintenant je continue de croire que vous êtes jeunes et pouvez vous le permettre 😉 Encore une fois cela dépend des gens, de la situation etc. MAIS je ne le recommande pas quand même 😉 Après tu pourras très bien t’en sortir hein !

    • Répondre Njsan 18 août 2016 at 5:29

      Entièrement d’accord avec toi Cyril!

  • Répondre Faut-il immigrer au Canada? | Le blog des Gaous 23 février 2015 at 9:13

    […] Deux articles très complets écrits par Lisa du blog French with benefits que vous trouverez ici et ici […]

  • Répondre Séb 16 avril 2015 at 8:33

    Assez d’accord avec le 1er com’ : UK et Irlande proposent quasiment les mêmes choses en étant à moins de 2 heures de vol de la France. Et sans papiers, sans tracasseries administratives / coûteuses…

    Il ne faut par ailleurs jamais oublier que l’on restera quoiqu’il advienne un « français », dans la tête des locaux, même après 20 années passées sur place.

    • Répondre Lisa 16 avril 2015 at 8:36

      Oui c’est tout à fait exact ! Et pareil pour tout le monde 🙂 tu gardes toujours ta première citoyenneté bien sur et la faire oublier (ou non) n’est pas facile !

  • Répondre French With Benefits : Interview d'un blog voyage à succès 1 juin 2015 at 12:11

    […] de jeunes français ont rêvé un jour d’immigrer au Canada pour trouver un meilleur job,  profiter des grands espaces, vivre au rythme de la culture […]

  • Répondre Olivier 23 juin 2015 at 10:57

    Bonjour,
    je vis en France et je souhaite immigrer au Canada. j’exerce la profession d’agent de sécurité. mais j’ai exercé aussi pleins d’autres jobs avant de me stabiliser en sécurité. je suis français et ma conjointe est ivoirienne. nous n’avons pas encore d’enfants. j’ai 36 ans et elle 29. Elle est étudiante. je souhaite immigrer au Canada pour un avenir meilleur parce que la France devient de plus en plus difficile, mais c’est surtout pour elle et nos futurs enfants. j’ai obtenu un pvt en avril 2015 lors de mes 35 ans (âge limite)et je compte me rendre au québec en 2016, à 37 ans donc. le pvt est pour 2 ans. je compte y aller seul pour d’abord y travailler, ensuite faire ma demande de RP dès mon arrivée au québec et peut-être poursuivre avec l’emploi de perfectionnement. ensuite je compte faire venir ma conjointe de fait en la parrainant. est-ce une bonne idée ? ou faut-il que je passe directement par la case RP pour notre couple ?
    Aussi, la France ne m’offre plus d’alternatives et de vie meilleure. c’est pourquoi je cible le Canada.
    Mais quand je vous lis, le Canada ne semble pas meilleur que la France.
    Merci

    • Répondre Lisa 23 juin 2015 at 12:00

      Il ne me semble pas que la demande de RP puisse être faite des ton arrivée si tu la fais depuis le Canada. Je crois qu’il faut avoir travaillé 1 an sur place. Dans tous les cas ton plan me semble vraiment limite mais bon c’est à toi de voir. Pourquoi s’embêter à attendre 3 ans en tout au lieu de la faire dès maintenant quand on sait que ça prend 3 ans a obtenir ??

      Pour la RP par contre il faut vérifier si ça passe avec ton niveau d’études ou avec les professions en demande. Je n’en suis pas sûre.

      • Répondre Niklasky 23 juin 2015 at 1:12

        Si, tu peux faire une demande de RP a ton arrivée au Canada en PVT, mais ce sera une demande en tant que travailleur qualifié, et non une demande en CEC ou PEQ qui nécessitent 12 mois d’expérience de travail.

        Sinon pour ta conjointe, il ne faut pas la parrainer a mon avis, il faut la mettre dans le dossier de RP des le départ comme dépendante. Sinon tu es parti pour attendre un bon bout de temps avant qu’elle te rejoigne.

        En revanche il faut plus de points pour faire une demande en couple, mais si ta femme a un meilleur bagage universitaire que toi, elle peut se mettre en candidate principale avec toi comme dépendant, et augmenter ainsi vos chances d’être acceptés.

        • Répondre Olivier 23 juin 2015 at 2:56

          Merci pour l’info Niklasky,
          ça m’aidera beaucoup
          ma conjointe a un bac +3 (licence AES).
          j’ai un bac +2 mais mon expérience professionnelle est plus importante qu’elle.
          j’espère que son diplôme nous vaudra beaucoup de points.
          merci encore

      • Répondre Olivier 23 juin 2015 at 2:51

        Merci d’avoir pris le temps de répondre Lisa. ça m’aidera beaucoup.
        Ma conjointe pense comme toi. elle préfère que l’on fasse la RP dès maintenant.
        Mais vu que j’ai plus de 35 ans, j’ai une crainte justement au niveau des points.
        enfin, merci encore 🙂

  • Répondre So 21 août 2015 at 7:45

    Bonsoir,

    Toutes mes félicitations pour votre blog qui est très intéressant et utile.

    Voici notre situation chère Lisa, nous sommes une famille de 4 personnes vivants en Italie depuis 2000, nous voudrions franchement tenter l’immigration au Canada pour un avenir meilleur vraiment et surtout pour les études des enfants. l’Italie est un beau pays mais il n’offre malheureusement aucune perspective d’évolution dans le travail, la vie coûte chère par rapport aux salaires, difficile pour les jeunes de poursuivre leur étude…

    – Bon mon mari a 56 ans 🙁 il a un Master en métier de l’information (documentaliste, archiviste), il a une expérience de 10 ans dans ce domaine et il travaille actuellement. Suite à quelques recherches sur le net, j’ai constaté que le Canada recherche des documentalistes.

    – Moi j’ai 39 ans j’ai un DUT (BAC+2) en finance comptabilité mais je travaille depuis 5 ans comme chargée de clientèle (secteur mécanique Auto).

    – Notre fille a 26 ans et son frère en a 23 ans.

    Qu’est-ce que vous en pensez?

    Mon mari a t’il une chance de trouver un boulot dans son domaine au Canada ou au pire un job bien rémunéré quoi?

    Les études coûtent-elles chère au Canada?
    V
    Ah j’allais oublié, moi je souffre d’un petit problème de conception BB, les soins à cet effet, sont pris en charge au Canada?

    Un grand merci d’avance pour votre aide!

    So

    • Répondre Lisa 24 août 2015 at 4:30

      Merci pour ton commentaire 🙂

      Alors déjà je ne suis pas sûre que tes enfants vont pouvoir immigrer avec vous vu qu’ils sont adultes. Je crois qu’il y a un âge limite à mettre sur la demande.

      Pour le boulot Ben très honnêtement de mon point de vue partir a 56 ans pour venir bosser sans aucune expérience canadienne préalable c’est clair que c’est un gros non. C’est tellement difficile de trouver dans sa branche même en étant jeune que je ne vois aucun intérêt de le faire a 10 ans même pas de la retraite ! Sans compter qu’avec vos deux profils, hormis si vos connaissances sont ultra recherchées, vos chances d’avoir un visa sont extrêmement minces.

      Pour l’université ça dépend des programmes mais c’est bien 7000$ par an en moyenne. Bien plus si c’est Medecin etc. Pour le bébé alors la aucune idée. J’avais cru comprendre que c’était payant mais il faut regarder sur Google. Tout dépend de la province en plus.

      Tenez moi au courant !

  • Répondre Nathalie 7 septembre 2015 at 8:27

    Bonjour,
    Article intéressant. Avec mes 50 ans (sur le papier) et ma petite fille (7eme année scolaire) nous avons une grosse envie de faire mentir les stats.
    A chaque fois que nous allons sur Montréal, nous avons chaud au coeur et quand nous revenons…. non coment
    Beaucoup de difficultés, certes mais avec une grosse motivation cela peux le faire.
    Pour la petite histoire, j’ai un voisin qui est parti avec son travail sur Montréal, il est revenu au bout d’un an, pourquoi me direz-vous ? Parce qu’il fait froid (eh oui), parce qu’il n’y a pas 5 semaines de congés (fallait se renseigner) et qu’il faut bosser et déneiger devant sa porte (j’ai déneiger ma porte et celui du voisin, qui m’a rendue le même service, donc pas insurmontable), mais lui a eu son sésame pour partir, alors je me dis pourquoi pas nous
    Bonne journée

  • Répondre Kamel 20 septembre 2015 at 2:17

    Lisa, Bonjour,
    Tout d’abord, je tenais à vous remercier pour votre Blog, c’est toujours enrichissant de partager ses expériences. La clé de la réussite réside toujours l’entraide. Quel que soit le projet, seul on ne fait rien même avec le meilleurs idées.
    Concernant le Canada, cela fait maintenant un long moment que ce projet revient sur le tapis pour moi ainsi que pour ma compagne.
    Clairement, notre point faible à ce jour, c’est la langue (Anglais). A ce titre vos préconisations sont les bienvenues. Aujourd’hui je comprends plus facilement que je ne le parle. De son côté ma compagne a un anglais niveau scolaire (seul bémol, pour le vin c’est à Vancouver que ça se passe.so full English of course !). Bien entendu, rien n’est figé mais il est essentiel d’avoir connaissance de ses axes d’améliorations.
    J’ai actuellement 36 ans, ma compagne 38 ans (Chef de secteur dans le domaine du Vin & Spiritueux). Pour ma part, après une reprise d’étude & validation d’un Master Achat (MAI), je pense pouvoir apporter une véritable valeur ajoutée dans notre demande d’expatriation. Bien entendu, au delà du diplôme, c’est l’état d’esprit & notre propre personnalité qui fait la différence; aller à la rencontre de l’autre et se laisser apprendre en permanence est une belle aventure humaine. La richesse provient de la différence & le Canada fonctionne à mon sens avec cette ouverture d’esprit. De plus, si l’on souhaite développer son propre business, c’est un pays dans lequel les portes s’ouvrent plus facilement.
    Quel que soit le projet, rien n’est facile. Nous devons être déterminé dans nos choix. En cela, la réussite n’est qu’une question de temps. A titre d’exemple, j’avais un très bon poste puis suite à un grave accident de la route, je me suis retrouvé avec un handicap (d’où ma réorientation professionnelle vers le Master).
    Rien n’est insurmontable, mais la determination et l’envie doivent être sans failles. A mon sens, il faut partir pour les bonnes raisons.
    La vie est belle, la vie est courte & pleine de surprises. Il faut croire en ses rêves car au final, nous pouvons réaliser tout ce que nous souhaitons.
    Longue vie à votre Blog Lisa, j’adresse également une belle pensée positive à tous ceux qui passent par là.
    Nous gardons bien à l’esprit que quel que soit le projet, ce sera difficile, très difficile ; Mais en ayant bien conscience de cette réalité en amont, c’est ce facteur qui nous permettra dans cette démarche de remise en question, d’aboutir à la réussite.
    Pensée Positive.
    See ya !

    • Répondre Lisa 20 septembre 2015 at 3:53

      Merci pour votre message ! La seule chose que je vous dirais et que de 1) évidemment l’anglais doit être au minimum courant pour la BC et 2) ça va beaucoup être par réseautage. Si vous ne connaissez personne, vous n’avez quasi aucune chance de trouver dans le secteur du vin.

    • Répondre Didier 20 septembre 2015 at 10:54

      Le sud de la Colombie-Britannique avec son vin, son hiver tempéré est surnommé la Californie du Nord.
      La route du Vin ici se trouve sur la vallée de l’Okanagan, qui bénéficie d’un micro-climat.

      Avec les nouvelles procédures Entrée-Express, je vous suggèrerais d’y faire un voyage de prospection pour nouer des contacts.
      Pour vos diplômes, et pour ne pas avoir de mauvaises surprises, car les diplômes français sont mal connus ici, il y a ICES qui permet de faire une équivalence de diplômes. http://www.bcit.ca/ices/whatwedo.shtml

  • Répondre christelle 4 octobre 2015 at 3:42

    Bonjour, très intéressant blog!
    Nous sommes un couple avec 02 enfants. Après une procedure de plus de 04 ans (!!!) nous semblons enfin toucher la fin et obtenir notre RP. Mais en 04 ans nous avons eu le temps d’evoluer professionellement et socialement. Nous sommes tous les 02 cadres dans notre pays et avec une situation au dessus de la moyenne.
    Je ne suis plus convaincu de vouloir tout aller recommencer mais mon epoux n’est pas de cet avis. il voit le confort de vie pour les enfants, l’ouverture du marché du travail avec une multitude d’opportunités , le systeme de santé, bref tout ce qu’il n y a pas en afrique.
    Moi je me disais qu’on peut venir faire une visite au canada pour se faire une idée claire, et peut etre immigrer dans 03 – 04 ans… Mais on risquerait perdre la RP => ne plus pouvoir la renouveller si on ne passe pas le nombre de temps requis? vous qui connaissez bien le pays, quels sont les options qu’on a si on ne souhaite pas immigrer tout de suite après l’obtention de sa RP mais quelques années après (03 -04 voir 05 ans)
    PS: nous avons 29 ans tous les deux
    MErci

    • Répondre Lisa 4 octobre 2015 at 9:47

      Bonjour,

      J’ai écrit un article qui en parle http://frenchwithbenefits.fr/blog/guide-conserver-residence-permanente-au-canada/ en fait vous pouvez rester 3 ans sur 5 ans en dehors du Canada avec votre carte RP en poche mais il y a une obligation de résidence de 2 ans sur le territoire. Sachez que si vous restez 3 ans pile dans votre pays ensuite vous ne pourrez pas sortir du Canada ne serait ce qu’un seul jour. La carte RP ne pourrait alors plus être renouvelée.

  • Répondre Racinette 11 octobre 2015 at 12:06

    Bonjour,
    C’est sympa de te lire car on sent que tu dis les choses comme tu les penses, sans fioritures !!

    Notre expérience : mon mari, mon fils et moi-même avons immigré au Québec en 2007 avec une RP. J’avais alors 47 ans, mon mari 38 et notre fils 17. Nous avions tous deux une situation correcte en France et une maison.
    Nous voulions changer d’air, découvrir autre chose, nous remettre peut-être un peu en question ! (crise de la quarantaine ??).
    Nous nous sommes installés à Gatineau et avons trouvé très rapidement du travail dans notre branche à Ottawa. Notre fils s’est très bien adapté et, après l’obtention de son diplôme en informatique et gestion de réseaux au Cegep de l’Outaouais, a immédiatement été embauché à titre définitif au gouvernement fédéral.
    Nous sommes tous trois devenus citoyens canadiens en 2011.
    Trois ans plus tard, tannée des LONGS, TRÈS LONGS hivers canadiens (c’est surtout moi qui ai été tannée), nous sommes rentrés en France. Mon mari a retrouvé du travail dans sa branche et moi, j’ai réintégré l’ Education nationale (j’avais pris un congé de disponibilité pendant sept ans).
    Notre fils, lui, est resté et habite la maison que nous avions achetée sur Gatineau.
    Finalement, avec le recul, je me dis que nous avons eu pas mal de chance, mais ça valait vraiment la peine d’essayer.
    Dans une semaine, je prends l’avion pour Montréal et vais passer 2 semaines « chez » mon fils pendant les vacances de la Toussaint.
    Peut-être irons-nous faire un tour à Vancouver ? Nous avons beaucoup visité toute la côte est, mais ne connaissons pas du tout la côte ouest !
    De plus, la retraite approchant pour moi (probablement en 2017), il ne serait pas impossible que nous repartions au Canada. Mais cette fois-ci, j’aimerais m’installer sur la côte ouest pour éviter les hivers trop longs. On verra bien ! On laisse les choses se faire !!

    • Répondre Lisa 11 octobre 2015 at 12:14

      Merci pour ce retour fort intéressant ! Je vois que votre immigration s’est bien passée et que le Canada vous a plu puisque vous envisagez de revenir 🙂 En effet, si vous aimez la pluie, l’ouest devrait vous convenir 😉 Ou alors vous pouvez faire 6 mois 6 mois. L’été est beau en BC !

  • Répondre Racinette 12 octobre 2015 at 11:41

    C’est vrai que le Canada nous a plu, et les Etats-Unis aussi !
    On a fait pas mal de voyages pendant ces 7 années : la Gaspésie, les provinces maritimes (j’ai un gros faible pour Halifax!!), Cuba, l’Ontario en long en large et en travers, la Floride (en moto, c’est génial), toute la côte est des Etats-Unis jusqu’à Savannah (une pure merveille !!) et le plus long (environ 1 mois), c’est quand on a immigré : on s’est posé à San Francisco, on a acheté une voiture et on a immigré au Canada par la route !! (au passage, on s’est fait presque tous les grands parcs nationaux !).
    Alors, c’est vrai que j’ai également envisagé l’idée du 6 mois 6 mois !! Parce que la pluie, après avoir vu « The Killing », je me dis qu’en permanence comme ça, ça doit être difficile à supporter (j’imagine que c’est le même climat qu’à Seattle).
    Bref, comme je dis toujours, la vie nous dictera ce que nous devons faire !! Je suis un peu beaucoup du genre à surfer sur la vague et à me laisser porter par les évènements !!

  • Répondre unefamilleawinnipeg 29 octobre 2015 at 4:29

    Bon je le dis: Pff mais non ! T’as complètement tort !!! Moi j’ai pas encore 50 ans, je ne fais pas partie d’un ordre, j’ai pas (encore) 9 enfants MAIS par contre ma vie est trop géniale à Winnipeg !!!! » LOL
    J’étais obligé 😉

    • Répondre Lisa 29 octobre 2015 at 5:55

      Attends l’hiver !! Je plaisante 😉 C’est un avis qui n’engage que moi bien sûr et je suis ravie que tout marche bien pour vous ! Merci d’être passée 🙂

  • Répondre kiki17 24 janvier 2016 at 9:39

    J’ai 40 ans et je suis mariee et j’ai trois enfants(12 7 et 5ans)
    mon mari a 42 ans et nous souhaiterions nous installer au canada( quebec ou nouveau Brunsxick)
    pensez vous que nous avons des chances de reussir cette instatllation?
    comment devons nous y prendre pour reussir?

  • Répondre thomas 26 janvier 2016 at 4:49

    Bonjour,

    Merci Lisa pour ce blog vraiment intéressant, complet et très sympa visuellement.

    Je suis ingénieur et cadre dans l’électronique / informatique, j’ai une femme et deux enfants. Notre situation en France est assez confortable mais nous nous sommes mis comme objectif de partir d’Europe dans les trois ans (pour l’aventure, l’enrichissement culturel, l’expérience, etc …).

    Depuis peu, je suis en discussion avec une entreprise canadienne à propos d’un poste intéressant. Je suis donc en plein questionnement … 😉
    L’aventure nous tente évidemment et nous prendrons le temps d’expérimenter un minimum la vie sur place avant de prendre notre décision finale. J’ai un proche qui a emménagé à Montréal il y a quelques années et avec qui j’échange déjà assez pour penser que le mode de vie (et la météo !) nous conviendrait surement.
    Je suis en train de comparer les niveaux de vie pour savoir quel salaire négocier afin de trouver sur place un niveau se rapprochant de celui que nous avons en France. L’exercice n’est pas simple mais il faut bien le faire pour être capable d’argumenter intelligemment avec mon futur employeur. Ca serait stupide de ma part de vouloir l’équivalent de mon salaire français (converti en $).
    J’ai lu ton article sur le coût de la vie à Toronto (http://frenchwithbenefits.fr/blog/le-cout-de-la-vie-a-toronto/) qui a bien commencé à m’apporter des réponses. Si tu as (toi ou quelqu’un d’autre) un retour d’expérience à partager sur l’ingénierie informatique / électronique, je serai heureux d’en discuter. Ici ou par email.

    Merci et encore bravo pour ton blog

    Thomas

    • Répondre Lisa 26 janvier 2016 at 5:01

      Je ne vais pas pouvoir t’aider là-dessus par contre je te conseille de t’aider avec les salaires que tu peux trouver sur payscale par exemple (souvent US malheureusement !). Essaye de voir si tu trouves ton job et ensuite regarde si un salaire moyen est indiqué. Sinon, essaye aussi de voir sur indeed.ca si tu trouves des jobs similaires au tien qui indiqueraient le salaire. Généralement, les boites public précisent souvent le salaire. Donc un bon truc serait de regarder ce que les mairies proposent ou même le gouvernement. Je pense que ça te donnera un bon aperçu 🙂

      Il y a aussi les forums qui devraient pouvoir t’apporter des réponses si tu demandes pour ta branche spécifique. Je sais que plusieurs ingénieurs informatique y trainent 😉 Mais après évidemment tout dépend de ton niveau d’études, expérience etc en sachant qu’il s’agit d’une profession réglementée absolument partout au Canada donc bien faire attention à savoir si tu pourras exercer en tant qu’ingénieur ou non ! Tu verras que souvent l’entreprise va te dire oui mais en fait c’est impossible et il faut que tu repasses pas mal d’équivalences. (Si ce n’est carrément reprendre des études pendant 5 ans !) Et puis surtout, pas mal de boites risquent de tout arrêter quand elles vont se rendre compte de la difficulté pour obtenir un visa. Je te conseille donc de faire toi même la démarche (via entrée express ou autres) si tu es vraiment intéressé.

      Tâter le terrain depuis l’Europe ne sera pas simple car les entreprises sont très frileuses ici si tu n’as ni visa ni expérience canadienne. Tu verras que c’est assez différent aux USA mais là encore, problème de visa !

      Bon courage.

    Laisser un commentaire