Expérience, Vie pratique

Arnaque au recrutement au Canada


Tout a commencé un pluvieux matin de juillet, lors d’une foire à l’emploi organisée à Toronto. La foire en elle-même était assez petite mais regroupait quand même le recruteur de la branche assurances d’une grande banque (rencontre qui s’est soldée par une erreur monumentale de ma part si vous avez suivi les épisodes précédents) et une bande d’escrocs en recrutement. Bref, j’aurais mieux fait de rester couché ce jour-là…

Des RH à priori légitimes

Au début, ils avaient l’air d’une boîte de RH comme une autre : un stand propret dans un coin de la foire, une file d’attente pour pouvoir déposer son CV et deux hommes assis avec chacun un agenda géant pour inscrire les rendez-vous donnés à chaque candidat. Déjà, ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille car en général, même dans ces foires, il ne suffit pas de déposer son CV pour obtenir un rendez-vous. Malgré tout, rendez-vous est pris pour la semaine suivante.

De beaux locaux en plein centre-ville

L’adresse, un immeuble de bureaux sur Bay & King, soit en plein cœur du quartier des affaires de Toronto, me donne plutôt confiance ; les locaux eux-mêmes beaucoup moins : l’accès aux bureaux des « conseillers » est sécurisé et la réceptionniste vous accueille retranchée derrière un épais plexiglass que je soupçonne avec le recul d’être blindé. Bref, en fait d’agence de recrutement, je me retrouve transporté quelques mois en arrière, au service des étrangers de la Préfecture où ma femme allait régulièrement se faire humilier renouveler son permis de séjour.

L’entretien en lui-même était fascinant. En gros, mon « conseiller » m’explique qu’ils ont un énorme réseau, qu’ils sont sur la place depuis 30 ans et qu’avec un peu de « coaching », ils peuvent me faire entrer où je veux et me faire démarrer avec un salaire à 6 chiffres. Bref, ça y est, que je me rassure, grâce à eux, je vais très rapidement avoir un job, une Porsche Cayenne et une villa sur Bayview ! Fantastique, n’est-ce pas ?!

Des services payants ??!

Ça a commencé à se gâter quand, comme un idiot, je me suis mis à poser des questions du type « c’est très bien votre service mais comment gagnez-vous votre vie au juste ? » et qu’il m’a répondu que leurs services sont payants… et bien sûr sans aucune garantie de succès. Dans mon cas, il a estimé rapidement que, vu les salaires auxquels je pouvais aspirer, il m’en coûterait la modique somme de 5000 à 10000 dollars, payables en 3 fois (merci !), dont la moitié d’avance (heu, en fait, pas merci).

Adieu donc la Porsche Cayenne et la villa sur Bayview, retour au condo et aux périples en streetcars, tendrement niché entre 2 alcooliques cuvant leur bière. L’entretien se termine alors en apothéose, mon conseiller me fixant un nouveau rendez-vous quelques jours plus tard…et me demandant de venir cette fois-ci avec ma femme (oui, vous avez bien lu).

Une véritable arnaque bien rodée !

De retour chez moi, une grosse puce me démangeant l’oreille, je prends mon ordinateur et commence à fouiller un peu. Au bout de cinq minutes, en tapant simplement « employment scam toronto » (scam = arnaque), je découvre l’ampleur de l’escroquerie : cette boîte opérait effectivement depuis plusieurs années…en changeant de nom tous les 6 mois (mais toujours à la même adresse et avec le même numéro de téléphone). J’ai même trouvé une vidéo d’une foire à l’emploi datant de 3 ans où mon « conseiller » était interviewé…mais portait un nom différent de celui qu’il m’avait donné. Je ne suis bien sûr jamais allé au second entretien et lorsqu’il m’a appelé pour savoir ce qu’il en était, je lui ai dit que je savais tout sur leur arnaque et qu’il ferait mieux de me laisser tranquille ; il a raccroché immédiatement.

Conclusion : si jamais quelqu’un vous demande de l’argent pour vous trouver un boulot, partez en courant, vous êtes en présence d’un escroc. Aussi, s’il demande à voir votre femme, ce n’est pas bon signe…

Articles précédents Article suivant

You Might Also Like

16 Commentaires

  • Répondre cinelight 22 avril 2012 at 12:43

    Un classique ! une émission de l’émission ‘marketplace’ sur CBC y a été consacré

  • Répondre Lisa 22 avril 2012 at 12:52

    @cinelight: Ah j’ai regardé une fois marketplace sur le service client des grands magasins (Walmart, Canadian Tire…) et c’était pas mal !

    Tu as le lien de l’émission sur les arnaques par hasard ?

  • Répondre cinelight 22 avril 2012 at 5:55

    A priori on peux voir l’episode entier sur:

  • Répondre Lisa 22 avril 2012 at 10:42

    @cinelight: Merci beaucoup ! Fred, s’agit-il de cette compagnie ??

  • Répondre Amandine 23 avril 2012 at 1:51

    Dis donc :/
    J’ai pas compris pourquoi ils demandent à voir ta femme ?!

  • Répondre cinelight 23 avril 2012 at 11:34

    @Amandine:

    A priori, selon le documentaire de CBC c’est pour faire un chantage psychologique, faire que le conjoint soit convaincu de leur utilité…

  • Répondre Lisa 23 avril 2012 at 4:46

    @cinelight: Oui c’est genre histoire de montrer au conjoint qu’il est utile dans le processus décisionnaire et qu’on ne lui cache pas des choses.

  • Répondre Vincent 24 avril 2012 at 6:08

    Une amie a vécu la même chose à Rio… et la même histoire : un(e) français(e) avec un beau CV, qui cherche un job depuis plusieurs mois dans un nouveau pays…

  • Répondre Fred 25 avril 2012 at 10:23

    @Lisa: J’ai seulement regardé les 45 premières secondes de la vidéo et sans le son (suis au boulot!) mais, oui, c’est bien eux. Attention, comme je l’indiquais dans mon article, la boîte change de nom tous les 6 mois environs. Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus que c’est une arnaque, sachez que le blond d’environ 50 ans qu’on voit entre la 36ème et la 40ème seconde de la vidéo est celui qui m’a interviewé et que…lui aussi semble changer de nom assez souvent: à l’époque où j’avais fait mes recherches, j’avais trouvé une autre vidéo de lui où il portait un autre nom que celui qu’il m’avait donné! Si c’est légal, pourquoi changer de nom?

    J’ai passé pas mal de temps à fouiller le net après coup pour essayer de comprendre comment ils font pour ne pas être inquiétés; apparemment, il y a un gros vide juridique sur le sujet car ils ne garantissent évidemment pas que vous allez trouver un job (ils le disent oralement, mais ce n’est jamais écrit noir sur blanc dans le contrat que vous signez avec eux). L’arnaque devient donc très difficile à prouver pour les pauvres malheureux qui leur ont versé plusieurs milliers de dollars sans résultats.

    Bref, on ne le dira jamais assez: ne donnez jamais d’argent à qui que ce soit pour vous trouver un job, ni au Canada, ni en France, ni ailleurs!!!

  • Répondre Fred 25 avril 2012 at 10:24

    @Amandine: Ils demandent à voir le conjoint car, étant donné leurs “tarifs”, il/elle doit également être convaincu/e de débourser plusieurs milliers de dollars. En général, c’est le genre de dépense qui implique les deux conjoints.

  • Répondre Jean-Francois 25 avril 2012 at 3:43

    Ce qui est encore plus sidérant est que ces personnes aillent dans des foires d’emploi sans être inquiété par personne ou par le gouvernement afin de trouver de nouveaux pigeons qui sont généralement de nouveaux immigrants. S’ils sont passés à la ”télé”, le gouvernement devrait passer une loi afin de protéger une catégorie de personne (le gouvernement est bien capable de passer des lois pour obliger des travailleurs en grève à reprendre le travail donc…). C’est fou ce truc et j’étais loin de penser que cela existait sur Toronto bien qu’il faut s’attendre à tout. Merci de cette info!

  • Répondre Lisa 25 avril 2012 at 8:00

    @Fred: Tellement l’hallu ton histoire ! Ils changent même de nom ben dis donc…

    Et sinon j’imagine bien qu’il y a un vide juridique sinon ils auraient fermé depuis un bail… A priori, le gouvernement s’en moque vu qu’ils n’ont rien fait en 6 ans. Ce n’est pas une priorité.

  • Répondre aymeric 31 mai 2012 at 1:09

    enorme!! bravo pour ta clairvoyance!
    Sache qu il m est arrive une histoire similaire…
    l entreprise…compagnie d assurance, me contacte pour un poste avec gros titre…
    je vais a l entretien et on m asseoit dans un siege en cuir pour me feliciter de mon parcours et me dire que le poste est un gros defi.
    je me fais passer en revue pendant 45 mn pour me faire dire au final que le poste est un assureur ambulant pour ouvriers sur les chantiers.
    a le hic aussi, il n y avait pas de salaire…et je devais me payer la license d assureur a mes frais et faire d’enormes comissions par la suite.
    le lendemain, je recois un email pour que je vienne participer a la reunion directorale de 9h du matin et rencontre l equipe de mes confreres directeurs…lol.
    j ai dit merci par email, thanks but no thank you.
    c est la crise et bcp de gens tombent dans le panneau…attention aux SCAMS!

  • Répondre Fred 5 juin 2012 at 9:32

    @aymeric:

    Ce que tu décris n’est pas vraiment une arnaque, c’est juste la réalité du marché des assurances au Canada, comme je l’expliquais en commentaire à un article précédent. Les agents d’assurance au Canada travaillent exactement comme des VRP : intégralement payés à la commission, souvent sans “benefits” (eh oui, les assureurs ne sont pas eux-mêmes assurés par l’entreprise qui les emploie, un comble!) et bien sûr sans la moindre sécurité d’emploi vu que la poursuite du contrat dépend uniquement des performances. Si un de vos clients annule son contrat avant un an, vous devez même rembourser les commissions reçues sur ce contrat! Pour l’avoir vu de l’intérieur, je peux vous dire que ce n’est vraiment pas une “carrière” à recommander, surtout pour un nouvel arrivant sans le moindre réseau (car bien sûr il faut en plus trouver ses propres clients). Ce que je décris vaut aussi bien pour les petits courtiers indépendants que pour les grosses compagnies d’assurance avec pignon sur rue.

  • Répondre aymeric 6 juin 2012 at 1:46

    merci fred, en effet ce n’est pas une arnaque, mais je trouvais le commentaire approprié dans cet article, en effet lorsqu’on peine à trouver un emploi, certaines entreprises ( assurances, telecommunications, cosmetiques) en profitent pour utiliser vos résaux et creer des shémas pyramidaux aux vues payants…mais qui détruiront vos amitiés et vos résaux avant de vous payer le moindre centime…

  • Répondre Lucile 10 juin 2012 at 3:30

    Hé ben! ça fait froid dans le dos cette histoire! future torontoise et “rechercheuse” de boulot je saurai donc quels pièges éviter! (même si le fait de payer pour avoir un boulot m’aurait déjà rebutée! )
    Au passage, super blog! je le lis de long en large pour me préparer au départ 🙂

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.