Nous

Un potluck, c’est quoi ?


Je n’ai découvert le mot potluck que l’an dernier quand des collègues ont proposé d’en faire un à Noël. Aussi étrange que cela puisse paraître, je n’en avais jamais fait à Toronto !

Un potluck ?

Alors un potluck, c’est quoi ? Il s’agit en fait d’un déjeuner ou dîner où chaque convive apporte un met à partager. En général, et quand c’est bien organisé, l’hôte ou l’organisateur, indique combien d’entrées/plats/desserts/boissons il faudrait apporter. Ensuite, il n’y a plus qu’à mettre son nom dans la case correspondante et apporter ce que l’on veut. Pas mal de gens achètent du tout prêt quand il s’agit d’entrées ou de desserts et pas mal de gens choisissent entrées et/ou desserts parce que c’est le moins cher à produire.

Surtout que attention, en Amérique du Nord, il faut faire BIEN attention aux allergies en tout genre du style cacahuètes (nut free) ou des gens qui ne mangent pas de viande (vegetarian), aux gens qui ne mangent rien du tout (vegan), aux gens qui veulent vraiment être encore plus chiants : gluten free. Bref, en général vous aurez au moins un de ceux là lors d’un potluck. Ce qui pour les Français est difficilement concevable parce qu’il y a rarement de végétariens, végétaliens, allergiques en tout genre ou gluten free en France. Quoique maintenant il parait que c’est à la mode alors.

Ici c’est simplement la norme et tout le monde sait qu’il faut faire gaffe. Perso je ne m’embête jamais à vérifier si c’est gluten free ou nut free parce que d’autres vont le faire pour moi. A noter que c’est une excellente excuse pour certains collègues de ne pas venir aux Potlucks parce qu’ils sont gluten free. (Oui oui l’excuse d’une collègue quand on a fait le potluck de Noël alors que plein de plats étaient gluten free)

Puisque nous avons acheté notre maison en février et nous sommes installés en mai, il était temps de faire une sorte de pendaison de crémaillère (housewarming party en anglais) ou plutôt un BBQ entre collègues parce que c’est l’été et que c’est vachement plus simple comme ça.
Notre BBQ/pendaison de crémaillère était de 17 à 21 h un samedi de juillet et à ma plus grande surprise, absolument tout le monde s’est pointé. Oui parce que souvent pour faire venir un anglophone chez soi, c’est pas gagné d’avance, loin de là ! Mais là BBQ ou curiosité oblige, ils sont tous venus ! Et étrangement pas à l’heure puisque la plupart des anglophones sont venus après 17 h 30, ce qui je dois l’avouer m’a un peu étonné. Souvent les Canadiens sont hyper à l’heure. Bon, les Français, eux, ne sont jamais à l’heure mais ça on le sait.

Alors qu’une pendaison de crémaillère en France oblige un peu les hôtes à tout acheter et les convives vont juste apporter de quoi boire en gros, en Amérique du Nord c’est vraiment une pratique qui ne se fait pas du tout sauf lors de dîners qui n’arrivent pas très souvent parce que les Nord-Américains n’en sont pas très friands.
Ici, il est tout à fait normal de demander aux invités d’apporter un plat et de s’attendre à ce que les hôtes fournissent des boissons par exemple.

J’ai complètement oublié de prendre des photos des plats donc… voilà ! Ce n’est pas un BBQ mais plutôt un potluck de Noël mais vous comprenez le principe 😉

Principe du BBQ potluck

– Les invités apportent une viande pour eux et un plat à partager
– Les invités apportent, en fait, très souvent des bières en plus
– Lors d’un housewarming, certains invités apportent aussi un petit cadeau de bienvenue
– L’hôte fournit les plats, couverts etc.
– Les plats sont tous disposés sur une table
– Les invités se servent comme ils veulent et vont s’assoir et discuter avec qui ils veulent

Notre BBQ potluck

Un couple franco-canadien nous a apporté du foie gras et à ma plus grande surprise, des anglophones en ont mangé ! Ce qui est généralement assez rare quand ils ne savent pas ce que c’est. Et le foie gras a disons un goût un peu particulier. Le couple leur a également expliqué comment manger du foie gras en ajoutant du gros sel sur sa tartine. Une collègue a alors d’abord mis le pain, puis le foie gras puis enfin le sel dans sa bouche ce qui a valu à plusieurs Français des éclats de rire ! Pour sa défense, la pauvre n’avait jamais mangé de foie gras de sa vie et pensait que ça se mangeait un peu comme on boit un shot !

La quasi totalité des anglophones sont venus avec des bières qu’ils nous ont laissé. Attention, il faut savoir qu’apporter son alcool est toujours un peu particulier au Canada. Les gens ne sont pas du tout obligé de partager leurs bouteilles avec vous, surtout s’il s’agit de bières ! C’est différent si l’invité vous a apporté du vin mais vous a explicitement indiqué que c’était un cadeau.
Nous avions été à un BBQ entre anglophones à Toronto il y a plusieurs années et deux invités avaient apporté des valises de bières (oui oui) qu’ils gardaient précieusement avec eux. Ils peuvent vous en proposer mais ce n’est jamais à vous d’aller leur en demander ! Du coup, la règle veut qu’on ne propose jamais les bières des invités à d’autres invités quand on est hôte. C’est à l’invité de proposer ses bières.

Quant à une collègue, elle est venue avec sa gourde remplie de pinard ! Comme ça, c’était réglé 😉 (Elle a quand même précisé qu’elle ne se la collait pas au bureau avec la même gourde, histoire de !)

Oui, c’était pas loin d’être ça on va dire 😉 Je ne crois pas que ça se fasse beaucoup entre nous, même entre Canadiens.

Les gens sont tous partis un peu avant 21 h, il suffit en général qu’une seule personne parte pour que tout le reste suive. J’ai une collègue qui déteste partir la première par exemple alors que c’est toujours la première à vouloir partir ! Elle attend donc toujours qu’au moins une personne parte puis elle part tout de suite derrière 😉

2 couples sont ensuite restés jusqu’à 21 h 45 à peu près puis sont partis dès que Mister s’est mis à bâiller. Comme quoi, c’est radical, même si ce n’était pas le but ! 😀

Bref, on s’est bien amusés surtout qu’il s’agissait de notre tout premier potluck et surtout notre toute première invitation avec la moitié des gens qui étaient canadiens ! Il faut dire que plus le temps passe et plus il semble facile de créer des « amitiés » (attention le mot n’a pas la même connotation au Canada) avec les Canadiens. Il aura fallu quasiment 5 ans pour que ça arrive donc, amis Français qui vous plaignez de ne pas pouvoir lier d’amitiés avec des Canadiens, tout arrive 😉

Et vous, vous avez déjà assisté à des potlucks ?

Articles précédents Article suivant

You Might Also Like

6 Commentaires

  • Répondre Guillaume 21 septembre 2015 at 4:01

    Moi j’en ai fait un au bout de six mois.. mais on trainait dans le milieux vegan, justement…

    Il est intéressant (et instructif) de voir que ca serait a l’origine une coutume amerindienne, et que ca été un temps (enfin, jusqu’en 1951) interdit par le Canada ( https://en.wikipedia.org/wiki/Potlatch ) car contraire aux valeurs de la civilisation …

    Sur les allergies.. je pensais oui que c’est moins répandu en France – j’ai jamais vu autant d’allergies nourriture qu’au Québec – jusqu a que je vois systématiquement sur les emballages cette année la mise en valeur (en gras) des allergenes . comme quoi, il doit y en avoir un certain nombre ( c est en fait obligatoire depuis decembre 2014 : http://www.snacking.fr/news-1942-Reglement-INCO–Declaration-des-14-allergenes-obligatoire-au-13-decembre–etes-vous-prets.php )

    • Répondre Lisa 21 septembre 2015 at 11:04

      Je te rassure, c’est répandu partout en Amérique du Nord et surement lié à ce qu’on mange ici. En France, on est soumis à beaucoup de bactéries et du coup on semble allergiques à beaucoup moins de choses.

      Pour exemple, les Français sont souvent touchés par la taxoplasmose alors que les Canadiens quasi jamais !

      J’ai un peu peur que mes enfants aient des allergies en pagaille d’ailleurs mais bon on verra bien…

  • Répondre Nat 21 septembre 2015 at 5:27

    Alors à Toronto nous avons été invités à plusieurs potluck. Si j’essaie de me rappeler : au moins un à la garderie des enfants, pour se rencontrer entre parents, et surement un autre pour les fêtes de fin d’année. Et un chez quelqu’un lors d’une fête religieuse, pour faire découvrir sa culture aux autres, mais c’était aussi en lien avec l’école des enfants. J’aime bien ce principe, et je pratique quelquefois en France depuis : un “repas-partage”. Finalement, c’est un peu ce qu’on fait en France quand on fait un pique-nique avec des amis.

    • Répondre Lisa 21 septembre 2015 at 11:04

      Oui exactement ! Tu es restée longtemps à TO ? De retour en France j’imagine ?

      • Répondre Nat 22 septembre 2015 at 7:55

        Deux ans, et on a même déjeuné une fois ensemble, je ne sais pas si tu t’en souviens ! Je te suis toujours depuis, mais je ne commente pas beaucoup, je suis plus du genre sous-marin …
        Pour les allergies, il ne faut pas trop faire de ménage (et en plus, ça m’arrange ;-).

        • Répondre Lisa 22 septembre 2015 at 8:14

          Oups excuse moi je n’avais pas regardé ton adresse email 😉 oui bien sur dans le petit thaï pas loin de notre université respective 😉 je me souviens qu’il faisait bien froid dans ce Resto d’ailleurs !!!

          Contente que tu me suives toujours, j’espère que tu vas bien.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.