Interview

[Interview] 3 ans après… Raphaëlle aux USA

Souvenez-vous, il y a 3 ans, Raphaëlle n’avait pas sa langue dans sa poche pour mon plus grand bonheur ! Enfin une française qui ne mâche pas ses mots et dit vraiment (tout) ce qu’elle pense ! Cette interview est dans la même veine 😉

1 – Salut Raphaëlle, tu es une expat en série et après Sao Paolo (14 ans !), tu étais au Canada depuis 1 an quand je t’ai contacté pour la dernière fois en 2012. Est-ce que tu peux nous raconter comment se sont passées ces 3 dernières années ?

Les trois dernières années au Canada se sont déroulées comme les deux premières plus ou moins pour nous : le calme plat, l’ennui, l’envie de partir ailleurs… Nous avons acheté une maison en banlieue torontoise et nous pouvons le dire, avec le recul de gens de notre âge (plus de 45 ans) que ce n était pas l’idée du siècle ! (Prix de l immobilier en Ontario, taxes municipales très hautes, les longs et rigoureux hivers qui obligent un entretien non stop et très onéreux des structures si tu ne veux pas que ta maison tombe en lambeaux…) Néanmoins nos enfants sont passés pour l’un d’entre eux de l’adolescence à « presque adulte » et les deux autres de l’enfance à l’adolescence, et ceci dans un climat de sécurité, mais aussi de beaucoup d’ennui par rapport à leur vie sociale brésilienne. A quelques jours de quitter ce pays, je n’ai aucun souvenir impérissable à raconter sur mes 5 années ici, sauf peut être la belle expérience de mon aîné qui a été embauché comme Annonceur de stade pour le football pour les jeux Panaméricains et ParaPanamericains en juillet dernier. Une magnifique expérience pour un jeune et une grande responsabilité d’annoncer en 4 langues, expérience qui n’aurait jamais été confiée à un jeune en France ou au Brésil, pays que je connais bien.

2- Tu n’étais pas tendre avec le Canada en 2012, est-ce que ta vision a un peu changé en 2015 ?

Ma vision n’a pas changée d’un poil ! L’expérience de renouvellement du visa étudiant pour ma fille de 12 ans en décembre dernier a contribué à me demander encore plus comment et pourquoi ce pays était vu comme The place to be, Wonderland et cie… Et lorsque je vois des propagandes genre « Le Canada immigration express » ça me rend juste dingue. Nous avons eu un délai d’attente de 6 mois et trois jours pour ce renouvellement qui excluait ma fille de l’école ainsi que de sa protection sociale pendant cette période ! Bien entendu elle a continué à aller en classe mais ses grippes, maux divers de l’hiver ont été soignés méthode Docteur Googl*!

Le Canada est une sacrée opportunité pour peut-être les jeunes, les immigrés qui arrivent des zones de conflit, des zones de pauvreté, etc. Mais recommencer une vie après un pays comme la France où malgré ce qu on entend nous avons beaucoup de chance avec une excellente protection sociale, des allocations en tout genre pour les plus démunis, je ne veux pas être défaitiste mais il faut beaucoup de courage et d’abnégation !

3- Et pourtant tu avais acheté une maison en banlieue de Toronto, est-ce que l’idée a quand même été de s’installer pour de bon à un moment donné ? Ou du moins pendant quelques années ?

Non ! jamais ! Nous avons acheté notre maison pour ne pas jeter notre argent dans un loyer et essayer d’avoir une plus-value à la fin des trois années.

Aucun de nous 5 n’a un jour envisagé de rester au Canada.

4- Et ton mari, comment a-t-il vécu ces 4 dernières années au Canada ?

Mon mari a essentiellement vécu sa vie canadienne… Aux États-Unis… 90 % de ses clients sont aux US, le marché canadien dans son segment (emballages) est tout petit. Il a du changer sa façon de travailler avec les ouvriers de son usine, ses assistants, ses collègues au bureau car les moyens de communication ne sont pas directs comme ils l’étaient au Brésil par exemple. Envoyer un courriel à ton voisin de bureau d’en face, là où 2 m 50 vous sépare, est un classique ! Il a été aussi dubitatif de constater le petit salaire horaire d’un ouvrier de base ici En Ontario (13 $ )…

Pour lui, latino américain le Canada c’était autre chose ! Le pays où on réussit où on gagne sa vie !

5- Tu peux nous donner les côtés positifs et négatifs du Canada selon toi en quelques lignes ?

Avant tout, mes propos n’engagent que moi, dans le contexte qui est le notre : expatriés avec de très bonnes conditions, 45-50 ans, 3 enfants, couple mixte, vivant en Ontario ! Je pense que cela a son importance et que la vie au Québec, par exemple, est différente, comme la vie au Manitoba ou en Colombie Britannique… Tout comme avoir nos âges, des enfants, déjà un boulot, sont des variantes qui peuvent tout changer !

Le point positif pour nous a été le système scolaire pour nos enfants ! Bien qu’il ne soit pas parfait, ce système donne des ailes aux enfants ! La pression qu’ils avaient en système français est inexistante ici, le Canada donne la même chance à TOUS les enfants ! L’éducation est moderne, adaptée au monde d’aujourd’hui ! Si vous arrivez au Canada avec des enfants, vous allez passer une première année à vous interroger sincèrement sur les apprentissages… Au fil du temps vous comprendrez le fonctionnement : une éducation basique jusqu’au lycée puis une orientation assez complète à partir de l’école secondaire… Notre fille, dyscalculique a été prise en charge d’une façon exceptionnelle, ce qui n’a, en aucun cas, bouleversé son apprentissage et celui des autres…

Les points négatifs pour moi, sont nombreux :

  • Le climat, pour certains cela peut être risible mais 7 mois d hiver ce n’est pas rien ! Et ce n’est pas pour tout le monde…
  • Le coût de la vie en Ontario ! Tout est cher ! Les loyers, l’alimentation (si tu es adepte des pâtes lyophilisées c’est clair ce sera le contraire), les loisirs : aller faire du ski dans une colline artificielle en hiver peut être une sortie à plus de 500 $ pour 5…
  • Les voyages : le prix des billets d’avion hors Canada sont chers, très chers… Non seulement nous n’avons pas apprécié notre vie canadienne mais nous nous sommes souvent trouvés séquestrés dans le pays… Air Canad* n ayant pas de concurrence….
  • Le système de santé ! Une calamité, des attentes insensées chez les médecin, urgences, des médecins qui ne vous prennent même pas la tension… Un de mes enfants avec une otite et un médecin qui donne d’entrée des antibiotiques combinés avec des anti inflammatoires sans lui regarder les oreilles ! Bref…
  • Le communautarisme... Si tu ne vas pas à l église, aux associations de ta communauté, tu vis ta vie dans ton coin… Je n’ai jamais vécu comme ça ! Je pouvais raconter ma vie à ma voisine de siège dans le métro à Sao Paulo, le silence assourdissant dans les trains de banlieues ici, ça fout les jetons !

6- Et alors, il y a du changement puisque vous partez vivre aux USA ! Près de NYC ! Ca va te changer non ?

Nous sommes ravis de cette nouvelle opportunité ! Adultes et enfants, il n y a eu aucune hésitation ! Le changement est toujours bon ! Nous sommes prêts ! Et surtout sans aprioris !

7- Est-ce que tu ne penses pas que la mentalité américaine va quand même être similaire à la canadienne ? Est-ce que tu l’appréhendes un peu ?

Je n’ai aucune appréhension ! Je suis juste certaine que ma vie sociale ne pourra pas être pire ! Nous y allons avec optimisme et envie ! Réponse dans quelques temps ! J’ai senti une belle énergie quand j’ai visité la ville où nous allons vivre… J adore l’énergie de la ville de NY, je m’y sens bien comme à Sao Paulo… Nous sommes des citadins, les grands espaces ne nous conviennent pas…

8- Et tes enfants dans tout ça, qu’ont-ils pensé du Canada ? Et sont-ils contents de partir aux USA ? Il va falloir quitter leurs copains/copines pour un nouvel environnement. Quid de ton fils qui a maintenant 18 ans ? Reste-t-il étudier au Canada ou ira-t-il dans une université américaine ? (Bien plus dispendieuse)

Hugo, qui a 19 ans, restera au Canada, cette année universitaire, à Ottawa où il a commencé des études de journalisme, l’an dernier. Son projet est de continuer les études au Brésil, soit à Sao Paulo soit à Rio de Janeiro. Il est encore indécis car parlant 4 langues il y a du boulot pour lui ici. Néanmoins il est très critique quand aux mentalités dans son domaine (journalisme sportif).
Les deux autres sont ravis de partir ! Il n’y a eu aucune plainte ou éclats depuis l’annonce du départ.. Et pourtant, nous parents, leur demandons encore une coupure avec leur vie quotidienne établie, un 4ème système scolaire à « avaler »… Nous serons très attentifs, ce sont des ados ! Mais eux aussi ont quelques kilomètres dans le compteur et sont à l’aise partout…

9- Une envie de retourner vivre au Brésil un jour ou pas ?

Oui mais pas pour le moment ! Peut-être la retraite ! Nous voulons vivre à fond notre aventure américaine et il y aura peut être une autre aventure par la suite… Nous retournons au Brésil et en France d’une année sur l’autre pour ne pas perdre le contact avec nos familles… Le Brésil est omniprésent dans nos têtes, nous y avons passé les plus belles années de nos vies et nos enfants sont profondément Brésiliens…

10- Un petit mot pour la fin avant de te retrouver en 2018 pour la suite de tes aventures ? 🙂

Je donnerai la phrase que tu emploies souvent sur ton blog « personne ne vous attend au Canada » …

Il faut bien préparer son aventure ! On pense toujours que l’herbe est plus verte chez le voisin avant de s’apercevoir que c’est du synthétique !

Le Canada n’était pas un pays adapté à notre famille et nous n’avons pas trop fait d’efforts non plus car nous savions que nous n’y resterions pas ! Je souhaite plein de bonnes choses à ceux qui arrivent, veulent y venir ! Chaque expérience est différente !

Nous regardons devant, jamais en arrière !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

8 Commentaires

  • Répondre Flo 6 décembre 2015 at 1:31

    C’est plus l’Ontario que le Canada qui n’a pas plu à cette famille, je me trompe ? Dommage qu’ils n’aient pas tenté leur chance dans une autre province (notamment en BC à Vancouver, qui a l’avantage d’être plus dynamique, plus américaine, beaucoup moins froide et mieux placée pour les voyages). 5 ans ça doit être terriblement long à passer dans un pays où on ne se sent pas chez soi, j’espère que les US leur conviendront mieux !

    • Répondre Lisa 6 décembre 2015 at 2:16

      Effectivement, il est fort probable que ce soit plutôt l’Ontario qui ne leur ait pas plu bien qu’on ait tendance à englober le Canada en général quand on aime ou qu’on n’aime pas une province alors que l’AB est très différent de l’ON par exemple.

      Par contre BC, plus dynamique que l’ON, je ne suis pas sure. Surtout si tu compares TO avec VAN, je pense que la ville reine est quand même la plus dynamique du pays. Par contre en terme d’activités de plein air, paysages et températures, il est clair que Vancouver est largement en tête.

      Pour la localisation c’est un peu subjectif car tu n’es techniquement pas très loin de NYC à Toronto, Boston, DC et même Chicago.
      Vancouver tu as Seattle juste à côté mais les autres villes sont quand même assez loin. (15 h pour aller à SF par exemple alors que tu fais Boston en 8/9 h)
      Et évidemment, on ne peut pas compter sur l’avion comme moyen de transport au Canada… (Sauf si on aime payer des fortunes !)

      Enfin, 5 ans dans un pays qu’on aime pas ça doit être très long c’est clair !!! Mais comme quoi, il y a la lumière au bout du tunnel 😉

      • Répondre Niklasky 7 décembre 2015 at 8:52

        Pour ceux qui trouvent la vie chère à Toronto, ils risquent de déchanter à Vancouver où il faut être millionnaire pour pouvoir d’acheter une maison…

        • Répondre Lisa 7 décembre 2015 at 9:08

          Oh… oui… Cette ville n’est plus accessible depuis des années alors que Toronto l’était encore il y a peut-être 5/10 ans.

          Cela dit, il semble que non loin de Vancouver, les loyers et achats sont beaucoup plus abordables. Bon après, je ne sais pas quel est le prix exact… De toute façon le Canada n’est quasi abordable nulle part 🙂

  • Répondre christelle 6 décembre 2015 at 4:04

    J’aime beaucoup sa franchise. Raphaëlle à t’elle un blog?
    Merci

    • Répondre Lisa 6 décembre 2015 at 4:29

      Oui je sais qu’elle en avait un mais je n’ai plus l’adresse et je ne crois pas qu’elle le tenait à jour :/ Je crois qu’elle est super occupée en ce moment donc je n’ai pas eu de ses nouvelles depuis la réalisation de cette interview (fin août). Espérons qu’elle passe par ici 🙂

  • Répondre Ehouarn Perret 7 avril 2018 at 3:31

    A quelques mois de mon départ du “grand” nord, faudrait que je laisse un témoignage sur ce site.

    Le témoignage qui est sur cette page fait tellement écho à ce que j’ai vécu (santé, mentalité au travail, etc.).

    Un autre point critique selon moi, la bouffe…

    Tellement content de partir, retour en France pour au moins quelques années et puis par la suite on verra, surement un nouveau (re)départ en Asie.

    Je pense qu’elle a raison dans le sens que si tu es déjà en bonne situation en France, il y a de bonnes chances d’y perdre financièrement ou en qualité de vie au Canada (hiver, moins de vacances, etc.).

    Je pense aussi que pour les gens qui sont un peu fan de leur travail, ce n’est pas vraiment le bon endroit.

    Par contre, je ne suis pas sur que les US sont le meilleur endroit pour la santé mais bon en terme de salaire et de climat, c’est mieux.

    • Répondre Lisa 7 avril 2018 at 4:13

      Oh tu t’en vas ??? Je ne savais pas du tout ! Ca te dirait une petite interview pour le blog pour donner ta version ? Envoie moi un petit email si tu as le temps ou un message sur la page FB 🙂

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.