Nous

Devenir citoyens canadiens



J’ai mis plusieurs jours avant de rédiger cet article. D’habitude, j’écris tous mes articles à chaud pour ne rien oublier mais devenir canadiens le même jour que les pires attentats que la France ait connu n’est quand même pas anodin. Certains y ont vu un signe (Je quitte définitivement la France) mais j’y vois plutôt une piqûre de rappel : « n’oublie pas qui tu es et d’où tu viens ».

Je n’avais pas parlé des événements Charlie en janvier mais l’émotion a été trop forte vendredi dernier alors j’avais envie, à ma façon, d’écire un petit quelque chose. En fait, il ne s’agira que de mon intro, car je n’ai pas envie d’éluder la partie canadienne pour faire plaisir à des imbéciles. Cela me rappelle la phrase des Anonymous : We are Anonymous. We are Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us.

Non, la vie continue et la France ne perdra pas sa joie de vivre. Quand j’ai vu mes copines parisiennes prendre un verre en terrasse, je me suis dit que la France ne se laisserait jamais abattre malgré tout ce qu’on dit de négatif sur les Français et surtout sur le fait qu’ils soient moroses.

Non ça n’arrivera pas !

Voilà, après cette courte intro, je vais passer directement à ce qui nous intéresse ici : la citoyenneté canadienne. Sachez qu’un article explicatif arrivera plus tard où j’explique toutes les démarches, à quoi s’attendre etc.

Devenir canadien, ah bon ?

J’en avais déjà partiellement discuté dans mon bilan puis dans une interview donnée aux Gaou. Oui, malgré un article disant que je ne voulais pas prendre la citoyenneté canadienne, après réflexion (et un retour en France) je l’ai finalement prise.

Cela n’est absolument pas un choix administratif car il faut bien avouer qu’une carte RP est facile à refaire. Tous les 5 ans, il faut fournir un dossier conséquent (ce que faisait une collègue française) mais le temps d’attente est de moins de 3 mois. Donc il est clair que ce n’est pas compliqué ! Le statut étant valable à vie sauf s’il vous est retiré, que vous êtes resté moins de 2 ans sur 5 ans (date de validité de la carte) ou que vous êtes sorti du pays après expiration de la carte. (Dans ce cas, il vous faudra demander un visa et vous expliquer auprès de la douane)

Donc non. Ce n’était clairement pas un choix administratif ni le choix débile du « j’y ai droit après tout donc voilà, je le fais ! ».

Je reste toujours sur mes positions et ai du mal à croire qu’on souhaite prendre une citoyenneté juste par nécessité sans avoir envie un minimum d’appartenir à 100 % à un pays. Surtout que contrairement aux USA, on ne vous demande pas d’oublier votre pays d’origine. Vous pouvez donc être à 100 % pour la France et à 100 % pour votre pays d’origine. Ou à 50/50 comme vous voulez mais en général, ceux pour qui le coeur balance vont avoir un mal fou à faire le choix d’un pays où vivre. France, Canada ? Leur coeur va toujours balancer même 25 ans après, même quand on sait très bien que concrètement, les chances pour eux de retourner en France sont infimes. C’est un dilemme intérieur.

« C’est un acte de confiance que de demander la naturalisation d’un pays. C’est un acte de confiance absolu, c’est comme épouser quelqu’un. Vous faites pas ça à la légère ! Vous faites pas ça pour des raisons administratives ! C’est pas possible ! C’est un acte de confiance absolu et de grande générosité. » Rama Yade

Passées toutes ces considérations, il m’aurait aussi semblé difficile d’expliquer à mon fils, (conçu bien après ma demande de citoyenneté) que ses parents avaient choisi de ne rester que Français alors que lui aura la nationalité canadienne d’office. (Puis la française grâce à ses parents) Il me semble qu’il y aurait eu un décalage d’office. Bon, c’est un choix très personnel après tout mais quand on souhaite faire sa vie à l’étranger (attention je ne parle pas des gens qui ne vont pas rester et rentrer en France), il me semble important de se poser la question et de ne pas faire son franco-français qui veut rester Français toute sa vie et c’est tout. (Même s’il vit à l’étranger depuis 25 ans !) Cela me semble plutôt schizophrène mais c’est mon avis.

« Vos racines poussent là où sont vos enfants » Eva Joly

Devenir canadien par naturalisation

Il y a un documentaire qui résume parfaitement ce que l’on ressent en étant naturalisé : Enfin Français !, son réalisateur, Didier Cros, a dit quelque chose de très vrai :

« Car c’est toujours la même histoire ­intime qui se joue dans la naturalisation. Celle d’hommes et de femmes qui peuvent prétendre à la fierté d’être français plus que ceux d’entre nous dont l’appartenance à la nation tient au hasard de la naissance. »

En fait, cette phrase s’applique à n’importe quelle nationalité. D’ailleurs, mes collègues trouvaient ça vraiment génial que je devienne canadienne car ça prouvait mon intégration réussie à 100 %.

J’ai le souvenir d’une copine qui est devenue française après avoir passé 10 ans en France. Elle était tellement fière qu’elle m’a même envoyé son certificat de citoyenneté par email ainsi qu’une photo avec un officier de l’état français. Depuis, elle a obtenu sa carte d’identité, son passeport. C’est une vraie Française !

C’est la même chose quand on devient canadien (du moins me concernant !, j’avais quand même un malotru derrière moi qui a osé demander combien de temps prenait la cérémonie parce qu’il se faisait chier.). Il y a beaucoup d’émotion et puis bien sûr, beaucoup de fierté. Ce n’est pas tous les jours qu’on prend une nouvelle nationalité.

On jure son attachement au Canada et fidélité à la reine et on chante l’hymne national. On obtient même un pass d’un an pour visiter les musées et les parcs nationaux gratuitement ! Histoire de pousser les néo canadiens à découvrir leur pays (oui, parce que en vrai, les Canadiens qui sont nés ici ne le font que rarement. Genre même pas ils visitent leur propre ville. Non, non)

« Et d’une certaine façon, lorsqu’on est binational, on a un anthropologue avec soi. On a ce regard extérieur qui permet de mesurer les qualités et les défauts et donc d’être lucide [sur ce qui fait la France] » Eva Joly

J’ai juste été un peu déçue que le juge de citoyenneté ne baragouine que quelques mots de français. Et quand je dis quelques mots, c’était vraiment un mot balancé par ci par là style « Pays ! », « Canadiens ! » après 3 plombes de discours tout en anglais dans un français excessivement approximatif par ailleurs. Me semblait bien que la cérémonie devait être dans les deux langues mais d’après deux copines en Alberta, ce n’est ni le cas à Calgary ni à Edmonton ! Il faut surement se rapprocher de l’est pour voir ça.

Ca fait quoi d’être canadien ?

En fait, ça ne change pas grand chose au jour le jour. Mes collègues pensaient que j’étais québécoise, j’ai acheté une maison en étant RP, une voiture etc. Donc vous voyez, a priori, dans l’immédiat pas grand chose ! Mais on pourra enfin voter aux prochaines élections ! Et surtout aller aux USA sans devoir faire de visa. Non ça c’est accessoire franchement, c’est à peine si on y va une fois l’an ! (dernière fois il y a 2 ans !)

« Qu’on le veuille ou non, même si on veut s’assimiler à fond, il y a un moment, de toute façon, vos racines, vos bases, le disque dur qui s’est fabriqué dans votre tête au moment de votre naissance, à l’endroit où vous êtes né, ça reste. Ca restera toujours. » Enki Bilal

C’est surtout une fierté. Celle d’avoir réussi. D’être partis sans rien et de finir canadiens. C’est quand même énorme je trouve. Tout ça en 5 ans. Tout ça sans connaitre personne ou presque à chaque fois. Tout ça en prenant des risques tout en espérant que ça marche. Au pire, c’était pas grave, il y avait d’autres choses à faire pour rebondir 🙂

Voilà, de jeunes immigrés RP (on avait 24 ans), nous voilà Canadiens, presque parents et propriétaires. Ca me parait pas mal avant 30 ans 🙂

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

13 Commentaires

  • Répondre Frouze 22 novembre 2015 at 9:15

    Pourquoi avez vous barré “aller aux USA sans devoir faire de visa” ? Parce qu’en effet, c’est le cas, vous n’avez plus à demander l’ESTA (pour moins de 90 jours).

    • Répondre Lisa 22 novembre 2015 at 10:49

      Parce que c’est une petite blague 🙂 on ne prend pas la nationalité juste pour aller aux USA 🙂

  • Répondre Alain 22 novembre 2015 at 6:52

    Bravo ! Il y aura toujours des ronchons pour critiquer, mais ce que vous avez fait est beau ! J’en sais quelque chose. Partir loin de ses bases pour créer quelque chose de nouveau n’est jamais simple, il y a un risque, rarement facile à évaluer en plus. Donc congrats !

    • Répondre Lisa 22 novembre 2015 at 7:11

      Merci Alain ! Je vous souhaite de faire la même chose 🙂

  • Répondre Amandine 22 novembre 2015 at 11:13

    Félicitations, ton article est vraiment bien tourné et je te rejoins totalement ! On ne fait pas cette démarche juste pour les papiers mais cela doit avoir plus de sens et nous prendre aux “tripes” !
    Et félicitations pour le mini Mister 😉 !!

    • Répondre Lisa 23 novembre 2015 at 2:28

      Merci ! Bien que dans le documentaire d’où la citation est tirée, il y a quand même un mec qui dit qu’on fait ça pour des raisons administratives avant tout… Ben, chacun son avis mais je trouve que ce n’est pas la bonne chose à faire c’est clair !!

  • Répondre Racinette 24 novembre 2015 at 11:25

    Ben moi, je l’ai fait uniquement pour des raisons administratives et je le dis sans aucune gêne. Je n’ai ressenti aucune fierté à devenir canadienne et je n’en ai d’ailleurs aucune d’être française.
    Par contre, la fierté d’avoir réussi, je la comprends parfaitement. Félicitations donc !!

    • Répondre Lisa 24 novembre 2015 at 11:36

      Et je ne t’en voudrais pas je te rassure !! Comme le disent certains, c’est un bout de papier après tout 🙂 Merci d’être passée !

  • Répondre coraline 24 novembre 2015 at 7:23

    la cérémonie à Montréal est vraiment dans les 2 langues.

    moi personnellement je suis fière d’être devenue Canadienne et du même coup d’avoir donné la citoyennetée Canadienne à mes enfants.

  • Répondre Billie 15 décembre 2015 at 3:12

    “Surtout que contrairement aux USA, on ne vous demande pas d’oublier votre pays d’origine”

    les USA ne demandent pas ca, vu que tu gardes ton passeport et ta nationanlite francaise.

    “Vous pouvez donc être à 100 % pour la France et à 100 % pour votre pays d’origine”
    exactement pareil aux US.

    en tous les cas: bravo!

    • Répondre Lisa 15 décembre 2015 at 3:33

      En fait je fais allusion à ceci :

      « I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty, of whom or which I have heretofore been. »

      Tu as bien le droit à deux nationnalités voire plus mais tu jures uniquement fidélité aux USA. Donc en cas de guerre, techniquement tu n’as qu’un choix. (Bon on est d’accord que c’est dans les faits)

      Plus d’infos ici : http://www.uscis.gov/us-citizenship/naturalization-test/naturalization-oath-allegiance-united-states-america

      C’est ce qui avait un peu peiné Emily Blunt quand elle est devenue américaine vu qu’elle reste quand même anglaise. (Ce qui avait fait un peu scandale d’ailleurs !)

  • Répondre Stephanie 26 janvier 2016 at 8:12

    FELICITATIONS !!!

    • Répondre Lisa 26 janvier 2016 at 11:46

      Merci ! J’ai vu ton petit bout, qu’est ce qu’il a grandi !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.