Interview

[Interview] Guy, en PVT à Victoria

Guy a un profil un peu différent des gens que j’ai interviewés jusqu’à présent. D’abord il n’est pas français mais belge (Bienvenue ! 🙂 et parcourt le Canada pour son boulot. La grande différence étant qu’il est en PVT !

Salut Guy, tu es qui et tu fais quoi dans la vie ?

Alors, je suis donc Belge, encore dans la vingtaine et je travaillais dans un laboratoire de recherche à Bruxelles (excellente situation s’il en est) quand j’ai eu vent du PVT (eh oui…) en 2013.

J’étais arrivé au sommet de ma carrière, bloqué par mon diplôme, célibataire et sans crédits à rembourser; tout s’alignait pour tenter un PVT en 2014.

J’ai donc obtenu une pause carrière d’un an (une sacrée bonne solution au cas où ça foire au Canada), vendu ma voiture et mes motos, rendu mon appartement et en route pour le Canada!

Me voilà donc arrivé à Vancouver pour deux semaines de cours sur le marché du travail et une remise à niveau en anglais. 3 semaines après mon arrivée, je décroche mon premier entretien par téléphone après 40 candidatures et on me propose de passer un entretien face to face à Victoria. Je me lance donc dans un mini-trip de 4 jours à Seattle et rejoins Victoria en catamaran.
J’ai le job, et c’est là que la fête commence!

Ton job est un peu particulier, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Je suis Field Service Technician dans les scieries pour tout le Canada, la côte ouest et le nord des US plus l’Amérique du sud et un occasionnel passage outre-mer Europe – Russie – Japon – Nouvelle-Zélande le pied!!!! Je fais du dépannage, des start-ups, je forme les équipes de maintenance et j’assiste les vendeurs pour la vente de pièces et d’upgrades. 80% du temps sur la route et en avion.

Beaucoup de contraintes mais aussi pas mal d’avantages n’est-ce pas ?

Oui !

  • Je garde les miles, points d’hôtels et de location de voiture.
  • Je travaille seul, j’organise mes journées comme je le veux. Ca me permet de caser des demi journées voir journées entre les boulots pour visiter 😀
  • Mes heures étant comptabilisées,  j’ai plus de jours de congés que le Canadien moyen avec toutes mes récups.
  • Je vois du pays !
  • Je vole en Business class de temps en temps
  • Je rencontre plein de gens intéressants

Et puis ton PVT risque de se transformer en un visa permanent ?

Mon patron a cru en moi (ce n’était pas mon domaine d’expertise) et investit pas mal pour me former, on vient de lancer un LMIA pour un permis de travail et j’ai passé l’IELTS (8.5/9), je passerai aussi le TEF et je viens de faire une demande d’équivalence de diplôme en vue de l’Express Entry catégorie Experience Canadienne.

Donc ça me plait beaucoup, je veux rester! En route pour la RP avec le soutien du patron qui a engage un avocat spécialisé dans l’immigration pour gérer mon dossier 😀

Tu as vu quasiment toutes les provinces du Canada, quelle est ta préférée ?

Pour l’instant c’est toujours la Colombie Britannique, l’été fut fantastique, je n’aime pas les grosses chaleurs et je suis habitué à la pluie (venant de Belgique, c’est moins dépaysant).
Je suis un amoureux de la montagne, et avoir l’océan juste à côté est vraiment un plus! Puis voir les orques et les ours c’est inoubliable !

Peux-tu nous dire au moins une chose qui te plait dans chacune des provinces que tu as visitées ?

Alberta : Le ciel ! Que ce soit à Calgary avec les Rocheuses en toile de fond ou au nord de la province, le ciel a l’air plus grand en Alberta !

Colombie-Britannique : Le climat, sans aucun doute !

Territoires du Nord-Ouest : La forêt, bon OK je travaille dans ce domaine, mais rouler pendant des centaines de bornes au milieu des bois sans croiser personne ça a quelque chose de relaxant.

Saskatchewan : Dur… Je n’ai vu que le nord, donc je dirais le sentiment d’isolement, tout seul sur la route pendant des heures, pas de réseau téléphonique, ça permet de réfléchir en toute quiétude!

Manitoba : “Resto Gare” à Winnipeg, à la fin du quartier Saint-Boniface. Dés que je repasse par Winnipeg c’est un arrêt obligatoire. Cuisine et service en Français !

Ontario : Fort Frances, j’y suis arrivé de nuit après avoir traversé le Minnesota et je me suis réveillé au bord de ce lac géant !

Québec : Les monts Valins ! J’y ai passé un week-end entre pêche et beuverie dans un chalet à 100 km de toute civilisation, un excellent souvenir. Puis c’est beau ! Et pour l’hiver : Les routes enneigées, j’aime conduire sur la neige.

Nouveau-Brunswick : L’atmosphère y était particulière, entre le Québec et les USA, c’est là que j’ai eu le plus de mal à cerner les gens avec lesquels j’ai travaillé. Revoir l’océan Atlantique fut étrangement émouvant !

Décris-nous ton installation. As-tu rencontré des difficultés particulières ?

A part le stress du départ et la vie en auberge de jeunesse (4 différentes sur le premier mois) ça s’est bien passé. Une fois mon job en poche, le boulot m’a payé l’hôtel le temps que je trouve un logement.

Je suis maintenant dans un appartement avec jardin et vue sur l’océan et le Mont Baker, le pied ! Les dépenses des deux premiers mois ont été assez importantes, il a fallu me meubler, acheter une voiture et payer le demi-mois de loyer comme caution. Heureusement j’étais bien préparé.

On dit que partir c’est mourir un peu chaque jour mais que mourir c’est partir beaucoup ! Qu’en penses-tu ?

Entièrement d’accord, je n’aime pas les regrets, donc quand j’ai une idée ou un rêve, je fais tout pour que ça se réalise !

Partir, c’est prendre un risque, tout lâcher, dire au revoir à la famille, dont mon neveu de 2 ans et tous mes cousins/cousines. Donc on perd tous ces petits moments de joie et le fait de les voir grandir. Heureusement ma famille est assez connectée et je vois tous le monde sur Skype assez souvent. Si c’est ça mourir un peu, j’achète. En contrepartie, j’expérimente des choses que je n’aurais jamais fait, ni même eu l’idée de faire en Belgique. Puis ça fait des projets de vacances pour ma famille, ma soeur est déjà venue me rendre visite et les autres suivront !

On dit que les voyages forment la jeunesse. Et si les voyages permettaient de rester jeune?

Qu’est ce qui a changé d’un point de vue positif depuis que tu ne vis plus en Belgique ?

Ma vie ! Ici c’est l’esprit West Coast, un peu comme à San Francisco (que j’ai pu visiter également), les gens font du sport, mangent sainement, l’équilibre boulot/famille est très agréable. J’ai fait plus de rencontres amoureuses en 10 mois ici qu’en 3 ans à Bruxelles (merci l’accent français).

Le fait de ne pas avoir de télévision me fait sans doute sortir plus, et le fait d’être seul dans une nouvelle ville me fait aller vers les gens, ne serait-ce que pour la conversation.

Point de vue professionnel, ici on m’a donné la chance de démarrer, de développer mes compétences et d’évoluer. J’ai une bonne carrière devant moi !

As-tu une anecdote ou un souvenir qui t’a marqué à nous faire partager ?

En voici un parmi tant d’autres :

Lors d’une mission à Houston, en plein été, après 12 heures de travail enfermés dans une scieries à plus de 40 degrés plus l’humidité (ils arrosent à l’intérieur pour éviter les feux), nous sommes sortis de la scierie pour aller plonger dans la Morrice River ! Il faut savoir qu’elle descend directement des glaciers, l’eau devait être autour des 4-5 degrés… Hypothermie garantie pour le reste de la journée, qu’on a terminé par un barbecue dans un chalet au milieu des bois (comme d’hab :p ) avec les meilleurs ribs que j’aie dégusté jusqu’à présent!

Et alors le Canada, c’est vraiment l’eldorado ? Si tu n’arrives pas à obtenir un prolongement pour ton visa, tu te vois rentrer au pays ?

Je vis un peu le rêve de beaucoup de PVTistes, trouver un boulot génial dans mon domaine (ou presque) après 3 semaines seulement, voyager partout aux US et Canada avec un peu d’Amérique du sud… Donc pour moi, oui c’est mon Eldorado.

Mais à ceux qui me disent que j’ai de la chance, je leur répondrai que c’est avant tout beaucoup de préparation en amont (1 an à bosser mon anglais 8,5/9 à l’IELTS), beaucoup de travail, de remise en question et de ténacité. Mon boulot, je l’ai eu au bout de 40 CV envoyés sans réponse, je me suis bougé pour les 3 entretiens d’embauche et j’ai convaincu mon boss qu’il ne le regretterait pas. J’aime mon boulot, donc je me donne à fond, et il me le rend bien 🙂 .

Je ne crois pas à la chance, je crois au travail et à l’ambition avec un soupçon d’opportunisme.

Donc aux nouveaux arrivants :

Si vous pensez arriver ici et tout gagner… Bonne chance, vous allez en baver. J’ai vu des Canadiens mal préparés arriver à Vancouver et repartir en pleurs après 1 mois… Imaginez un étranger 😉 .

Il y a très peu de chance de rater ma prolongation, mais jouons le jeu :

Non. La morosité ambiante, le manque d’opportunité pour faire évoluer ma carrière et cette montée de l’extrémisme… Très peu pour moi. Je suis parti car j’en avais marre, ce n’est pas pour y retourner aussi vite. Puis j’ai l’impression d’avoir beaucoup changé au cours des 10 derniers mois, peut-être trop pour me réhabituer à mon ancienne vie.

Je suis encore assez jeune pour deux PVT, dans le pire des cas ce sera Nouvelle-Zélande puis un pays d’Asie. Et si je reste au Canada, le Japon, la Russie et la Nouvelle-Zélande sont dans ma zone, donc j’irai un jour ou l’autre de toute façon :p .

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

5 Commentaires

  • Répondre Didier 9 mars 2015 at 11:02

    Chouette, une nouvelle personne de West coast sur le blog de Lisa !
    C’est tellement rare !
    Je me suis assez bien retrouvé dans les propos de Guy. La première ville que j’ai visitée au Canada était Victoria, une ville très relax, avec un côté british prononcé.

    J’ai finalement choisi Vancouver pour des raisons d’opportunités pro et aussi pour être proches d’amis.
    Bonne continuation Guy !

    • Répondre Lisa 9 mars 2015 at 11:13

      C’est vrai que les gens qui nous suivent sont majoritairement à l’est ou en France ! Mais on arrive à trouver quelques perles rares 😉

      La prochaine fois ce sera ton tour Didier pour l’interview ;)))

  • Répondre Gy 9 mars 2015 at 11:28

    Merci Didier!

    L’histoire du jour: vol annulé ce matin pour cause de brouillard dense à Victoria, second vol retardé… J’ai atterri à Vancouver à 11:40 et re décollé à 11:45, ça a été le sprint dans l’aérogare :p .

  • Répondre [email protected] 10 mars 2015 at 5:54

    Sympathique interview qui laisse rêveur ! Bonne continuation !

  • Répondre Gy 6 avril 2016 at 10:18

    Salut! Petite mise à jour sur ma situation: Après un permis de travail refusé (LMIA refusé à cause d’une faute de frappe de l’avocat…), j’ai dû rentrer en Belgique pour 4 mois le temps d’obtenir ma RP via Express Entry (FSW).
    Donc je suis de retour depuis octobre, en RP et fiancé depuis peu à une Canadienne 🙂 .

    Niveau boulot, toujours la même chose; je reviens tout juste de deux semaines au Brésil, dans dix jours je pars pour deux semaines au Chili et j’enchaîne directement avec une semaine au Japon!

    Merci Canada!

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.