Boulot

Business Update #4 – 1 an à mon compte !

Mon dernier bilan été publié en octobre 2018. Je sais, ça fait déjà quelque temps ! Mais bon, vous donner des nouvelles tous les 3-6 mois me paraissait un peu difficile à tenir. J’ai vraiment envie de publier quelque chose quand il y a vraiment un truc intéressant à raconter en gros ! Et c’est le cas puisque juin 2019 marque les 1 an de travail à mon compte.

Bon en fait, oui et non. Oui parce que je suis à la maison depuis juin 2018 et non parce que j’ai travaillé à mi temps pour mon ancien job jusqu’en décembre 2018. (Mais je le faisais de la maison)

Comment ça se passe ?

Même si c’est quelque chose qu’on voit de plus en plus au Canada (et qui est très présent aux Etats-Unis), les gens me demandent souvent comment ça se passe, si je gagne assez d’argent (souvent on part du principe qu’être freelance = toucher 3 cacahuètes) et surtout si je ne m’ennuie pas. (Beaucoup de gens ont peur d’être seul chez eux)

Niveau organisation

Je faisais déjà du freelance de manière très ponctuelle juste après la naissance de T.J, du coup j’avais déjà tout mis en place pour pouvoir le faire dans des conditions optimales. Un ordi puissant, deux écrans, un scanner et bien évidemment un bureau. Il n’y a donc eu aucunement besoin d’acheter quoique ce soit. J’ai juste acheté un nouvel ordi portable l’an dernier (pour remplacer mon ordi de 2013) puis une tour cette année (la mienne datait de 2012 et tournait toujours sous Win 7). Evidemment ce sont des frais pour mon entreprise que je peux ensuite défalquer sur mes impôts d’entreprise.

J’avais aussi tout mis en place avec le CRA (numéro de business et GST/HST) et c’est franchement super simple à faire. Il y a juste à les appeler et le tour est joué. La seule chose que je n’ai pas encore mise en place (et cette partie est en suspens) étant un système plus avantageux en terme d’impôts pour mon business (mais bon vu qu’il a peut-être une green card d’ici la fin de l’année… J’ai préféré attendre !).

Niveau revenus

C’est LA question que beaucoup de gens se posent. Quand j’ai annoncé l’an dernier à l’université que je partais, beaucoup de gens m’ont demandé pourquoi je quittais une si grande sécurité pour me lancer dans un truc qui devait sûrement rapporter 10 000 balles par an.
Bon, effectivement, beaucoup de business ne rapportent pas grand chose et il est parfois difficile de vivre pleinement de ses revenus de freelance. C’est un fait, je ne peux pas les contredire. MAIS certains freelances (et c’est de plus en plus le cas) vivent très bien et touchent souvent bien plus que lorsqu’ils avaient leur job à plein temps.

Pour preuve, j’ai touché mon ancien salaire annuel en seulement 5 mois d’activité freelance et je pense toucher en gros 2,5 fois plus cette année seule que si j’étais restée à mon ancien job. Evidemment, comme je l’ai précisé, tous les freelances ne gagnent pas très bien leur vie mais de mon côté, il est évident que j’ai quitté mon CDI en sachant très bien que j’arriverais au minimum à faire autant en freelance.

Il me semble MEGA casse gueule de décider de devenir un freelance si vous n’avez aucune idée de combien vous pourriez toucher par mois/an. Tentez d’abord de le faire à côté puis si vraiment ça marche, faites le à plein temps et pas l’inverse !

Niveau temps de travail

Alors là par contre (de mon côté en tout cas), je bosse BEAUCOUP plus que quand j’avais mon plein temps. Je sais bien qu’on dit toujours qu’en freelance on peut faire comme on veut et qu’il y a plein de bouquins qui disent qu’on peut bosser 4 h par semaine et toucher une blinde par mois mais ça c’est APRES avoir déjà monté un business qui tient très bien la route. N’allez pas croire que devenir freelance ça va être des vacances toute l’année en mode bronzette sous les cocotiers. Ou alors si, mais avec votre portable à la main. Vous aurez certes la vue mais les journées de travail peuvent aussi être très importantes.

Il y a néanmoins beaucoup d’avantages à savoir organiser sa journée comme on le souhaite. Même si ce n’est pas entièrement vrai parce que mon client principal bosse de 9 à 17 h et que je peux difficilement ne pas être dispo durant les heures de bureau. Et puis dans tous les cas il faut amener T.J chez la nounou à 7h et le récupérer à 17.

MAIS tant que je suis dispo sur mon téléphone, je peux très bien prendre 1 h pour aller chez le coiffeur, faire des courses ou n’importe quoi d’autre.

Niveau rencontres

Une des craintes majeures est de ne pas voir du monde. J’avoue qu’il m’a fallu pas mal d’années avant d’avoir envie de bosser seule chez moi. J’avais essayé plusieurs fois entre 2011 et 2016 mais bon, je n’étais pas prête. Parce que oui, il faut vraiment être prêt. Bosser de chez soi ne veut pas dire ne voir personne (je vois mes clients en visio toutes les semaines) mais vous n’aurez certainement pas des gens juste à côté de vous pour discuter. Vous pouvez le faire par Slack par contre mais bon c’est pas vraiment pareil !

Par contre, je ne rencontre quasiment que des gens (par internet !) qui sont comme moi, qui bossent de chez eux et qui ont à peu près les mêmes envies et les mêmes ambitions. Et c’est vraiment sympa de discuter business avec eux via Skype/Zoom ou Slack. Ca permet aussi de comparer son business model, poser des questions sur les plans retraites/santé ou tout simplement parler voyages.

J’ai bossé dans le public pendant des années et clairement je ne partageais quasiment jamais les mêmes centres d’intérêt que mes collègues. Du coup ça fait vraiment un bien fou de pouvoir enfin discuter de trucs qu’on a en commun avec des clients/collègues.

Donc est-ce que je m’ennuie ? Non pas une seule seconde. J’adore pouvoir faire ce que je veux et vraiment pouvoir me concentrer sur mon boulot (sans avoir à partager un bureau avec quelqu’un ou à devoir fermer ma porte !).

Et pour la suite ?

Nous sommes toujours en attente de notre green card (sponsorisée par un de mes clients) et il est donc fort probable que j’aille travailler chez eux si la demande est validée. Par contre, il est tout à fait possible de bosser de la maison, ce qui m’arrange 🙂 Pour être honnête, ça reste encore un peu flou vu qu’on est dans les démarches depuis début 2018 mais bon on devrait savoir très prochainement du coup… je vous tiendrais au courant ! 🙂

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

2 Commentaires

  • Répondre Michael 24 juin 2019 at 6:04

    Hello,

    Super Article! Quid de la création de ta boîte au Canada? Facile ou chiant comme en France? Je sais pas si tu as posté quelque chose sur les démarches administratives mais si c’est pas le cas ça pourrait être un bon sujet pour le prochain article non? 😀

    • Répondre Lisa 24 juin 2019 at 11:07

      Hello !

      Alors j’en parle effectivement dans cet article “J’avais aussi tout mis en place avec le CRA (numéro de business et GST/HST) et c’est franchement super simple à faire. Il y a juste à les appeler et le tour est joué.” mais sinon tu peux tout retrouver ici https://frenchwithbenefits.fr/blog/business-update-2-q1-2018/

      Et par rapport à la France, j’avoue que je ne saurais pas dire car j’ai uniquement bossé quelques années en tant qu’employée ! Mais bon ce qui est sur c’est que tu peux avoir un conseiller au téléphone en moins de 15 min selon les périodes de l’année au Canada :p Donc ça me parait vraiment top. Par contre au niveau des USA, je vais me pencher dessus si ma demande de GC est validée donc je pourrais comparer les deux.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.