Anecdote, Boulot, Expérience, Vie pratique

Travailler dans une université canadienne

C’est drôle mais de tous les expats/immigrés que je connais ici, il y en a quand même 3 qui bossent pour la même université que moi ! A croire que c’est un repaire de Français.
Bon il faut aussi dire que cette fac emploie 12 000 personnes sur ses 3 campus et que les 3 expats dont je vous parle sont soit postdoc soit profs. Ceci explique cela…

Il n’empêche que c’est une Université très prisée car figurant dans le top 50 des meilleures fac mondiales. C’est d’ailleurs la première fac Canadienne du classement. Bon je vous précise aussi que ce classement est fait par des Nord-Américains… M’enfin bon !

Un contrat de 3 mois à l’université

Bref tout ça pour vous dire qu’il faut apparemment des années pour y rentrer (dixit ma boss) et que moi et bien je n’ai mis que 3 mois finalement ! Avec un contrat de 3 mois qui fait presque office de stage tant c’est court. Mais ça c’est pour le côté moins glorieux de la chose ! Et puis on verra bien si le contrat est renouvelé d’ici là.

Bosser à la fac, je crois que c’était presque un rêve de gosse. Bon j’avoue je déconne, mais disons au moins un rêve universitaire, à l’époque où je voulais faire une thèse.
En France c’était tout bonnement impossible. J’avais bien essayé de postuler à différentes facultés parisiennes mais je n’avais jamais eu de réponses. Du coup j’ai dû me rabattre sur ce que je connaissais le mieux, les agences de com parisiennes. Oh ça méritera bien un article ça un jour…

Quand j’ai postulé ici, j’avoue que je ne croyais pas une seconde en ma candidature. Déjà je ne connaissais rien au sujet à priori (hormis le fait que j’étais bilingue et connaissais toute la partie technique web) et en plus je n’ai aucune expérience universitaire sur mon CV.
Et bien faut croire que ce n’était pas hyper important puisque j’ai décroché le job 2 semaines plus tard.

Le cliché universitaire ?

Ma fac c’est vraiment l’ambiance cliché d’une université.  Y a que des bureaux qui ressemblent à des placards (oui les supers bureaux qu’on voit dans les séries télés à mon avis ça ne se passe que dans certaines facultés hyper huppées !), les gens sont habillés comme des ploucs (genre tongs avec des chaussettes, sisi. Même que je vois souvent cette dame dans les WC et je peux admirer ses pieds depuis mon chiotte adjacent) Et puis surtout on a l’impression que personne glande rien.
Genre dans mon bureau, il se passe pas un jour où quelqu’un n’est pas malade ou n’est pas fatigué ou n’a pas un truc hyper important à faire et du coup il part à 14 h voire il ne vient pas de la journée. C’est encore arrivé ce matin et vendredi quelqu’un est parti à 10 h 30 pour aller chez le médecin. Évidemment on ne l’a pas revu de la journée.
La meilleure excuse ayant été la coupure d’eau dans mon bâtiment.
Coupure qui a dû durer 10 min. Une collègue me dit « tu peux rentrer si tu veux » « et pourquoi » je lui réponds. « ben y a plus d’eau ». Je n’ai pas osé demandé pourquoi les gens rentraient chez eux parce qu’il n’y avait plus d’eau… J’ai juste présumé que dans ce cas, on risquait de crever de soif.
J’ai même entendu au loin une nana qui disait à quelqu’un « tu as qu’à en profiter pour aller voir des amis ! ». C’est dire.

En plus ils sont gonflés les gens. Au Canada, vous n’imaginez pas; pleins de gens terminent déjà leur journée à 17h mais alors en plus quand on bosse à la fac, on finit à 16 h ! Et encore si on a envie on peut faire 7-15 h ou bosser de chez soi. Oui il y a une nana qui bosse de chez elle 4 jours par semaine et nous envoie des mails.
Donc la grande excuse à la fac c’est de dire « bon, ben je vais bosser chez moi ! Je suis joignable par mail ». Vous imaginez bien que personne envoie de mails pour vérifier car tout le monde sait bien que bon… C’est pas la peine.

Ceci dit ma copine Émilie m’a dit que dans son département ils bossaient vachement. Et encore que moi-même je m’étonne d’être occupée toute la journée ! Y a ma boss juste derrière (oui dans mon bureau tout le monde se tourne le dos, bien pensé) qui se balade sur Facebook ou Msn. Même moi j’ose pas et pourtant c’était mon boulot en agence ! Vous voyez faudra que je vous en parle…

Mister ayant vu les photos de mon bureau m’a dit que c’était à se flinguer. Bon j’avoue que… En fait je lui dis toujours qu’il faut pas être dépressif sinon tu as de grosses chances de te pendre au plafonnier.
Mais je dois avouer que ça ne me dérange pas ! J’ai été habituée aux Open Space que je détestais alors me retrouver en petit comité j’aime bien.

Tout ça pour vous dire que bosser à la fac c’est cool ! Et que j’aimerais bien y rester si c’est possible.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

6 Commentaires

  • Répondre Sév 19 janvier 2011 at 3:13

    Ca c’est de l’article….. bon courage miss…. Biz

  • Répondre Fatim 3 février 2011 at 4:58

    Ça faisait un petit moment que je n’étais pas venue ici. Je vois que tu t’intègres bien à la vie canadienne. J’en suis bien contente…

    J’espère que fx va bien ?

    miss you Lisa !

  • Répondre Flo 18 avril 2011 at 3:57

    Mais oui, c’est exactement ça que je voulais faire à Toronto !
    ;-)))

  • Répondre Vivre à Toronto pendant 1 an - Bilan 26 juillet 2013 at 9:11

    […] que j’ai essuyé pas mal de déconvenues au niveau du boulot. Le nerf de la guerre. Mon contrat à l’université que j’espérais reconduit s’est arrêté net après 3 mois, la boite américaine que […]

  • Répondre La recherche d'emploi à Toronto, français bilingue 16 avril 2014 at 4:22

    […] on m’a proposé deux postes. Le premier était pour un site de médias et le second pour une Université Torontoise. Dans les deux cas, j’ai eu à passer 2 entretiens et un test de personnalité pour le site […]

  • Répondre (Bilan retour) - 9 mois | French With Benefits 7 août 2014 at 10:53

    […] début mai, j’ai fini par décrocher un CDI dans une université à Calgary. Un univers qui me branchait déjà beaucoup en 2011. Le français ne servant à rien, j’ai donc été sélectionnée grâce à mes […]

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.