Bon plan

[Guide] Trouver un médecin à Calgary

Trouver un médecin à Calgary n’a rien à voir avec la galère de certaines provinces (Québec en tête) dont l’Ontario. Pas qu’il soit difficile d’aller dans une Walk-In Clinic, non ça c’est simple. Mais l’attente est souvent interminable… Vous me direz, en France aussi MEME sur rendez-vous. Mais à Toronto, avec ou sans rendez-vous il y a de toute façon au moins 1 h d’attente.

Les médecins à Toronto

Bon à la limite, ce n’est pas le plus dérangeant. Non, ce qui est vraiment ennuyeux c’est que le médecin vous voit 15 min top chrono et n’en a absolument rien à fiche de vos soucis. J’ai comparé ma médecin toute pourrie de Bay Street avec les médecins de copines et a priori, elles n’étaient pas mieux… J’avais même une copine dont la médecin faisait payer chaque minute de retard ! Et comme le temps imparti (15 min) était donc empiété de quelques minutes, elle lui demandait de repasser un autre jour pour examiner un second problème. (Si elle en avait un) La blague quoi.

Ma médecin écoutait à moitié ce que je lui racontais. J’ai même vu qu’elle avait été notée sur internet et… c’était pas joyeux. Bon en même temps hein… J’avais testé un autre médecin auparavant et c’était tout aussi expéditif. De toute façon, difficile de changer de médecin quand on en a un car peu de médecins de famille ont de la place dans leur cabinet. Du coup, j’ai souvent entendu des collègues se plaindre de leurs médecins mais de ne pas pouvoir en changer.

Rien à voir à Calgary !

Et ceux de Calgary

J’ai peut-être eu une chance incroyable mais je suis allée dans une walk-in clinic en septembre et m’attendais donc à passer au moins 1 h dans la salle d’attente. Il y avait en plus au moins 6/7 personnes… Donc pas gagné.

Que nenni ! Après avoir rempli le formulaire habituel, 5 minutes plus tard, on me demande de venir m’assoir dans la salle où le médecin va m’examiner. A Toronto c’était tout un cirque. 1h avant de pouvoir accéder à cette salle puis au moins 20 à 30 min de plus d’attente avant que le médecin se pointe enfin…

Eh bien là, 10 min plus tard, mon médecin s’est pointé ! Donc 15 min d’attente en walk-in clinic !!! Jamais vu ça de ma vie.
Médecin très gentil qui plus est et qui a vraiment écouté ce que j’avais à lui dire. J’avoue que j’étais sur les fesses.

Je suis ressortie avec ma prescription et il m’a demandé de revenir deux semaines plus tard.

2 semaines plus tard

Cette fois, j’ai vu le médecin en moins de 10 min. Et pour une fois, pas de blabla à la noix des médecins canadiens où on brode pendant 50 ans avant de vous dire que en fait non, vous n’avez surement rien de grave. (Et on vous fait faire 3 millions de test pour une égratignure qui coûte bonbon au contribuable et puis en fait ben… c’était bien juste une égratignure) Le médecin n’étant pas canadien, il va droit au but. Toujours très gentil et très pro. Un choc pour moi, je m’attendais encore à devoir passer des tests à n’en plus finir et que le médecin me dise « humm ouais bon en fait y a rien que je peux faire pour vous donc bisous, on se parle plus tard ». (Du vécu)

Et… quelque temps plus tard…

Moi qui pensais que mon médecin à Calgary était génial, j’ai un peu déchanté quand après, 3 visites, il ne voulait toujours pas me faire un petit papier pour que j’aille voir un dermato… Du coup, que s’est-il passé bien sûr ? Eh ben je vous le donne en mille ! Bibi est partie faire 50 tests qui ne servent à rien et qui coûtent bonbon au contribuable. Ehhhh oui. Je me suis même retrouvée à poil sur une table pour qu’on vérifie les battements de mon coeur. Je vous ai dit que j’avais été voir le médecin pour des problèmes de peau à l’origine ? Non ? Ah ben…

Les tests n’ont évidemment rien donné. (Ben oui… bien SUR) Et le médecin m’a dit « eh ben voilà, comme ça maintenant j’ai un dossier complet sur vous ». Eh ben bien sûr. Voilou, bibi qui part faire des tests juste pour le médecin. Au final il a fini par me faire aller chez le dermato qui a trouvé que les crèmes données par mon médecin étaient très bien.

Je suis donc repartie sans rien. (ou avec une crème en plus, facturée encore 60 boules, je ne sais même plus en fait) Oui oui. Et puis… au bout de 2 ou 3 mois finalement, plus de problèmes de peau. Tous ces rdv avaient donc bel et bien fini par donner quelque chose. Comme quoi hein.

Avoir un médecin de famille

Le plus fou étant qu’en Alberta, vous n’avez même pas besoin de demander au médecin d’être VOTRE médecin de famille. Du moment que vous avez rempli le formulaire lors de la première visite, c’est votre médecin attitré. En Ontario, il faut remplir un assez long formulaire et demander AVANT l’accord du médecin car il se peut qu’il n’accepte aucun nouveau patient.

L’Alberta fait a priori figure de champion en matière de santé et j’avoue que hormis mes 3 visites pour ENFIN avoir le droit d’aller voir un dermato, comparativement à Toronto, je n’ai pas été déçue ! (A Toronto on m’a quand même retiré un grain de beauté de rien du tout sur la jambe, de peur que ce soit mortel, alors que TOUS les tests disaient que non et je me retrouve maintenant avec une cicatrice de 5 cm qui ELLE se voit beaucoup)

J’ai même demandé à mon médecin si c’était habituel à Calgary ? Il m’a dit qu’en tout cas ça l’était dans sa clinique.

Et pour vous situer, je fréquente la clinique d’un centre commercial donc autant dire qu’il y a sacrément du passage !

Il est également très facile de trouver un médecin de famille car les cliniques ne sont pas du tout saturées comme au Québec ou en Ontario. La clinique ne m’a même pas redemandé ma carte de santé qui est certainement préenregistrée dans leurs fichiers. (En Ontario, il faut toujours fournir sa carte avant chaque rendez-vous)

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

3 Commentaires

  • Répondre Nat 19 octobre 2015 at 4:03

    A Toronto où nous étions pour 2 ans, nous n’avons jamais trouvé de médecin de famille habitant à distance raisonnable (nous n’avions pas de voiture) et qui nous accepte. Nous avons fini par aller dans une consultation à l’hôpital qu’on nous a conseillé “pour les gens comme nous”. C’est la première fois de ma vie que j’ai eu l’impression d’être un cas social ! Un autre moment inoubliable : quand j’ai dû convaincre le docteur qui avait vacciné mon fils d’inscrire le vaccin sur le carnet de santé. “C’est quoi ce truc ? Ça sert à quelque chose ? Il faut que j’y réfléchisse. Oh, bin si vous y tenez vraiment…”. Et le pire, ce sont les pharmacies… Bon, disons que le système de santé, c’est un des (rares) trucs que je n’ai pas aimé à Toronto.

    • Répondre Lisa 19 octobre 2015 at 11:15

      J’en ai vu 2 à Toronto en 3 ans. En effet, pour en trouver un de dispo bonjour… Ils sont pris d’assaut ! Généralement, il faut passer par les walk-in clinic mais bon c’est pas le mieux c’est sur ou alors se mettre sur liste d’attente et… attendre.

      L’avantage en Alberta étant que pour le moment il n’y a aucune pénurie de médecins et du coup on peut aller où on veut et quand on veut ! L’attente étant de max 30 min n’importe où. (De ce que j’ai vu pour le moment)

      • Répondre Nat 23 octobre 2015 at 7:02

        Bizarrement, je pensais que ce serait pire en dehors de Toronto, mais je suis contente pour toi (et les Canadiens !!!) que ce ne soit pas le cas !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.