Expérience, Vie pratique

La recherche d’emploi (3ème partie)


Un énième article qui vient compléter mon espèce de guide sur la recherche d’emploi à Toronto. Sujet ô combien vaste !

Pour rappel, j’avais été embauchée dans une Université pour un contrat de 3 mois, le contrat n’étant pas sur d’être renouvelé, j’ai de nouveau pu expérimenter cet art qu’est la recherche d’emploi. Une activité à plein temps, qu’on se le dise.

CDI ou CDD au Canada ?

Au début, je visais uniquement un CDI ou alors un CDD longue durée qui me permettrait d’avoir les benefits (vacances + mutuelle). Rapidement des boîtes et agences m’ont de nouveau contactée.
J’ai donc passé deux entretiens durant le premier mois de mon contrat à l’Université.
Un pour un CDI qui n’a pas marché et « un autre » via une agence de placement qui n’a duré que quelques minutes. En gros l’agence m’avait promis un CDD de 6 mois, la boîte m’a indiqué que ce n’était que 3 mois ! Évidemment j’ai coupé court à la conversation, appelé l’agence pour dire tout le bien que je pensais d’eux. (Et beaucoup de bien comme vous pouvez l’imaginer depuis le temps !)
Du coup, ils ne m’ont jamais rappelé… Bizarre non ?

Le cas des « références » au Canada

Ensuite c’est devenu plus critique. Les 3 mois sont très rapidement passés et je n’ai pas eu la chance d’avoir mon contrat prolongé. Il est tout de même bon de noter que lorsque vous quittez une entreprise, les personnes avec lesquelles vous avez travaillé, peuvent spontanément vous proposer de devenir votre référence. En gros dire du bien de vous si votre futur employeur potentiel les contacte.
A la fin de mon contrat, j’avais 3 références à la clé.
Je me suis néanmoins retrouvée sans job à la fin du mois de mars.

Comment se faire recaler après x entretiens

Avant ça, j’avais passé 4 entretiens (rien que ça !) pour une grosse boîte américaine et 1 par téléphone pour une autre.
Les réponses se faisaient sacrément attendre. J’ai relancé… la première boîte m’a dit après 10 jours qu’ils étaient toujours dans le processus de recrutement. (Humm…) La seconde m’a dit que j’étais sélectionnée pour un second entretien par téléphone fixé à la semaine suivante.

L’entretien par téléphone passe, ça a l’air ok. Nous ne sommes plus que 5 sur le poste. On me recontacte pour me dire si oui ou non je fais partie des élus.
1 semaine passe… Pas de nouvelles ni de la première boîte ni de la seconde. Je relance, par mail, assez dépitée.

La deuxième boîte s’excuse et me dit que non je ne suis pas sélectionnée. (Heureusement que j’ai envoyé un mail !) Et la seconde finit par me téléphoner le lendemain, après 3 semaines d’attente donc, pour me dire que finalement ils pensent prendre quelqu’un de plus qualifié.
Un mystère nord américain, 3 semaines et 2 mails de relance pour me dire que non je n’ai pas été sélectionnée. Alors que zut, après 4 entretiens, j’avais quand même le droit à une réponse non ? J’ai vu exactement le même schéma ici. Et d’autres RP avec des profils divers m’ont confirmé ces méthodes.

Dénicher des contacts pour du boulot via Linkedin

C’était donc assez mal parti ! Entre divers entretiens qui ne donneront rien et du boulot en freelance, je continue de développer mon réseau sur LinkedIn.
Réseau que j’« alimente » depuis décembre dernier. Ca marche plutôt pas mal. On me contacte très régulièrement. Le truc c’est que les postes ne correspondent jamais.
Les agences de placement ont le chic pour me contacter pour des postes qui n’ont RIEN A VOIR avec mon domaine de compétence. Le pire étant que je reçois la même offre de plusieurs agences différentes ! (Et même du consulat français à Toronto, c’est dire)

Et puis finalement fin avril, le RH d’une multinationale américaine me contacte. Il a un poste pour moi en CDI et veut me téléphoner très rapidement. Ce qu’il fait.
On se rencontre le lendemain. Il me dit que oui, lui qui vient d’Afrique du Sud, il a remarqué que les méthodes étaient ici particulières. On passe un entretien et personne ne vous rappelle. Il m’assure qu’il ne fera pas la même chose.
Je reste sceptique mais sait-on jamais…

Le lendemain, il me rappelle. Il veut que je rencontre la manager de l’équipe dès le lendemain. Je fixe le rendez-vous au lundi suivant.
Le mercredi, il me rappelle. Le poste est pour moi, je commence le lundi suivant !

Il n’aura donc fallu que 10 jours entre le jour où il m’a contacté sur LinkedIn et la signature de mon contrat.
Difficile d’en penser quoique ce soit en réalité. Je constate simplement que si l’entreprise a absolument besoin d’un profil particulier, dans un temps déterminé, la réponse ne se fait pas attendre.
Il m’était arrivé la même chose lorsque j’avais signé mon contrat avec l’Université…

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

8 Commentaires

  • Répondre Chris 9 juin 2011 at 10:46

    Oulala quelle galère ?
    Le principal c’est que tu es un poste à ta mesure.
    Tu as eu tout ce qu il fallait pour bosser au final ?
    Tu es aussi en freelance, non ?

  • Répondre elisacanada 9 juin 2011 at 4:32

    ha ben l’important c’est de trouver hein ?
    Bon nouveau job.
    Elisacanada

  • Répondre Naqthinphoenix 9 juin 2011 at 8:03

    Hello, et bien ma chère tu viens de faire l’expérience du sourcing. C’est ce qui fonctionne maintenant le mieux en termes de recherche d’emploi. Et les RH qui passent par la on en général eu de mauvaises expériences avec les agences d’intérim.
    Ton article me fait rire, parce que lorsque je suis arrivée aux States il y a 4 ans, j’ai aussi cherche du travail et eu la même expérience que toi. Mais bon en même temps j’avais reçu mon permis de travail le jour de la chute de Lehmann Brothers… Y a qu’a moi que ca arrive ! Bon courage pour le boulot, et très sympathique blog ! A bientôt – Nath

  • Répondre Lisa 9 juin 2011 at 8:15

    @Chris: Oui bien galère comme je l’avais déjà mentionné !! Mais cela dit, je n’ai que rarement pas bossé finalement…
    Je fais effectivement du freelance aussi à côté 🙂

    @Naqthinphoenix: Salut Nath ! Ahah, je ne sais pas si tu as vu mon commentaire sur ton blog ou si tu es venue via CoucouCanada mais en tout cas je te suis aussi depuis quelque temps ! Je suis même ton autre blog boulot, malheureusement pas trop alimenté 🙁

    Et pour la recherche de boulot, oui… J’ai lu des blogs de français aux US qui avaient bien bien galérés aussi !

  • Répondre Jean-Francois 10 juin 2011 at 7:25

    Bon, on va espèrer que cela est le début d´une nouvelle vie! Bonne chance.

  • Répondre gwenahelle 13 juin 2011 at 3:16

    Au final tu as trouvé, c’est le plus important! Mais bien galère quand même

  • Répondre C. 17 juin 2011 at 2:10

    Frustrant tout ça …
    Les RH sont très spéciaux ici et je trouve ça très frustrant également! Je vais devoir repasser par cette étape à To et je n’attends pas ça avec impatience! En tout cas, félicitation pour ton poste!

  • Répondre La recherche d'emploi (4ème partie) | French With Benefits 31 mars 2013 at 10:45

    […] faisait un petit bout de temps que je ne vous avais pas parlé de la recherche d’emploi à Toronto. Et pour cause, j’avais un travail depuis quasiment 1 an et demi. Mais j’ai été […]

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.