Anecdote

[Ma vie] Les amitiés entre collègues

Je n’ai vraiment pas envie de faire de généralités avec cet article parce que je pense que ça ne concerne certainement que certaines personnes que j’ai rencontrées mais comme ça me fait toujours un peu halluciner j’avais envie de partager cette anecdote avec vous. Et puis le titre était assez explicite donc voilà 🙂

Les amitiés canadiennes

Se lier d’amitié avec des Canadiens est compliqué. Il faut généralement du temps, beaucoup de temps, à l’inverse (si j’en crois mon ex manager américain) des Américains qui sont très amicaux de prime abord, les Canadiens, eux, sont davantage sur la défensive. Ils sont simplement amicaux par obligation en règle générale (je veux dire par là qu’ils se forcent à rester sympathiques en tout temps) mais il ne faut pas croire qu’ils vont devenir vos meilleurs amis pour autant ! D’ailleurs, avec un peu de pratique, on sait très bien qu’ils sont surtout sympa pour ne pas sembler mal élevés. C’est assez déroutant au début et puis on s’y fait. Très vite dans mon cas !

Il n’est pas rare par exemple, que des collègues ne vous saluent même pas le matin ou ne vous parlent pas de toute la journée alors que vous êtes à côté d’eux. Il n’est pas rare non plus que vous apportiez quelque chose à manger et que seulement 1 ou 2 collègues sur une dizaine vous remercient alors que tout le monde est venu gouter. Ca peut sembler étrange mais pour un Canadien, c’est tout à fait normal.
Quand je bossais pour Pearson Hardman, les gens mangeaient seuls à leurs bureaux et ne proposaient jamais à personne de manger avec eux. Pour socialiser, cependant, il existait une salle avec un micro-onde où les gens pouvaient venir manger. J’avais donc pris l’habitude de déjeuner seule (après avoir déjeuné tous les jours pendant quasi 18 mois avec des collègues francophones dans ma boite franco), c’est pareil dans ma boite actuelle. Je mange seule quasi tous les jours et ça ne me dérange absolument pas !

Il faut d’ailleurs noter que les francophones (québécois ou autres) sont beaucoup plus amicaux de prime abord que les anglophones qui restent quand même beaucoup sur la défensive. Je n’ai jamais réussi à l’expliquer mais je pense que les Québécois ont surement plus de ressemblances avec les Américains.

Deux cas concrets !

Pour en revenir à mon anecdote donc, j’ai une ex collègue et une ex boss qui voulaient absolument venir me voir pendant mon congé maternité. (Qui a duré 5 mois) Ma boss m’avait envoyé plusieurs emails pour me donner TOUTES ses adresses emails et TOUS ses numéros de téléphone au cas où, on ne sait jamais, j’en paume au moins un ou je les paume tous d’un coup.
Avant d’accoucher, elle m’a envoyé plusieurs textos en me redonnant TOUT et en me disant qu’elle voulait venir me voir et que surtout je n’hésite pas si j’avais besoin de quoique ce soit. Quand Baby J. a eu 1 mois, rebelote, elle m’a relancé. Du coup, quand il a eu 2 mois et une routine bien établie, je lui ai envoyé un petit texto en lui disant que ça y est j’étais dispo.

Elle me répond très vite et me dit que mon jour sera le sien mais que lundi et mardi ça ne va pas déjà. (Attention ça c’est TRES canadien. Vous dire que vous choisissez la date et en fait ils ne sont dispo que 1 jour dans le mois !) Donc je lui propose mercredi. Parfait, elle a super hâte de me voir et me dit (comme un Canadien) que SURTOUT je n’hésite pas si je me sens fatiguée, barbouillée, de mauvaise humeur etc. (Ca c’est HYPER canadien aussi), je la préviens tout de suite et on remettra ça à plus tard. Sauf que comme je ne suis pas née canadienne, ben je suis rarement indisposée 1 h avant mon rendez-vous.

Mais bref. Le mercredi matin à 7h10 je reçois un texto « Lisa, je crois que j’ai attrapé un virus, je n’ai pas dormi de la nuit, je ne veux pas te contaminer donc je ne vais pas pouvoir venir. ».

Alors ça c’est TYPIQUEMENT canadien. Quelqu’un vous harcèle de messages pour venir vous voir et puis le jour J pof, je suis malade. Hallucinant. Et ça m’est arrivé plein de fois ! Les gens se découvrent malades pile le jour où ils doivent venir. J’ai encore du mal à comprendre pourquoi ils t’envoient alors 50 messages 6 mois avant pour venir mais enfin bon. Comme j’ai l’habitude je lui dis, « ok pas de soucis, recontacte moi quand tu es dispo. Take care. ». Après une semaine, je n’avais toujours pas de réponse ni même après plusieurs mois d’ailleurs ! (Ca fait maintenant 10 mois !)

euhhh
Et puis il y a eu ma collègue. Ou alors c’était avant. Mais bref, cas similaire.

Ma collègue, que je ne connais pas depuis très longtemps, m’a tout de suite adorée. D’habitude les Canadiens sont sur la réserve, surtout au boulot. Mais elle non. Elle voulait tout de suite qu’on déjeune ensemble, qu’on fasse des trucs ensembles (c’est encore à confirmer hein parce qu’on n’a jamais rien fait hormis déjeuner une fois ensemble hein) et évidemment, elle voulait venir voir Baby J.

Pendant toute la fin de ma grossesse (j’ai bossé de la maison 2 semaines), elle m’a envoyé des textos pour savoir comment j’allais et me tenir au courant des trucs au bureau. Même 2 mois après que j’ai accouché, elle me donnait toujours des nouvelles quasiment tous les jours. Alors évidemment, elle aussi n’arrêtait pas de me demander quand elle pouvait passer.

Un soir, Mister est parti faire du foot et du coup, je lui ai proposé de passer. Baby J. devait avoir 1 mois environ. Elle me dit que « yes super !!! j’ai trop hâte ! ». Et puis quand est venu le fameux soir, j’ai reçu un texto le matin pour m’annoncer qu’elle n’avait pas été bosser parce qu’elle avait attrapé un virus (la blague quoi !!! Les virus ont bon dos !!) mais que bon elle devait quand même pouvoir venir. (Sous entendu ça t’embête pas de remettre ça ?) Evidemment je lui ai dit qu’elle devait rester chez elle et on se verrait une autre fois…

La semaine d’après elle me relance « je peux venir quand ??? ». Au bout d’un mois (oui, comme vous le voyez, je ne suis pas très rapide pour fixer des dates de visite !), je lui dis qu’elle peut venir en mai car je vais être seule avec Baby J. les samedis matins. « Ah, c’est dans longtemps, je peux pas venir avant ??? ». Ca tombe bien, il y a un samedi où Mister est occupé et moi je serai à la maison avec Baby J. Je lui propose alors de venir fin avril.
La semaine en question arrive et je lui demande si c’est toujours ok pour samedi ? « Ah ben c’est à dire que je vais bosser ce samedi là pour me faire un peu de cash en plus donc… ça m’embête un peu mais tu comprends c’est du cash en plus… ».

mouais

Bref, j’ai décidé que je ne ferais plus d’efforts ! Mais le pire dans tout ça c’est que ça ne m’étonne même plus depuis belle lurette. Je me demande ce qui est le pire ? Se rendre compte que ces attitudes sont débiles ou ne même pas y prêter attention ?

Au final cette collègue m’a relancé plusieurs fois en donnant des dates de rendez-vous puis la date approchant, n’en parlant plus. Pire, faisant comme si le rendez-vous n’existait pas/plus. J’ai fait comme si de rien n’était et on a fini par se voir une fois à un bbq que j’ai organisé puis une autre fois bien longtemps après le bbq. Elle continue de me donner très régulièrement des nouvelles. Ca reste un vrai mystère pour moi mais bon… Elle m’a d’ailleurs une fois confié que quand elle ne voulait pas aller quelque part, elle inventait un truc pour s’en débarrasser en espérant que les gens ne relanceraient pas. Pas très malin de me raconter ça à moi à qui elle a mis des plans plusieurs fois mais enfin je crois qu’elle n’est pas à ça près ! En fait je crois qu’elle ne réalise absolument pas qu’elle fait ça en permanence et avec tout le monde.

Vaut mieux pas trop se poser de questions hein, sinon on finirait zinzin.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

13 Commentaires

  • Répondre Jeanviet 12 février 2017 at 11:34

    2 bons cas d’école 😉 Les gens pas fiables, cela se trouve, malheureusement, dans tous les pays. A contrario, tu as des gens hyper fiables sur qui on peut se reposer. Il suffit de faire le tri. Quelqu’un qui te plante 2 fois avec une excuse bidon, tu l’oublies. Les gens fiables que tu peux compter sur les 10 doigts de ta main, garde-les précieusement au chaud.

    • Répondre Lisa 12 février 2017 at 11:59

      Tout à fait ! Il y a certains trucs que je trouve quand même très canadien comme précisé mais sinon c’est clair c’est partout 😉

  • Répondre Anna Steshenko 12 février 2017 at 6:33

    Merci, Lisa, pour cet article et ton blog est super! C’est vrai qu’on peut expérimenter des moments très bizarres et incompréhensibles avec les Canadiens. J’en ai eu pas mal, ça me calme que je ne suis pas la seule non-canadienne par naissance à les expérimenter, haha. J’ai été aussi contente à decouvrir tes pensées sur la difference entre l’amitié americainne et canadienne, je le remarque maintenant qu’en fait quelques mois entre les Americains, ou même quelques heures avec eux à une fête, m’avaient donné plus de la socialisation que ma vie quotidienne à l’université canadienne… Et à propos du fait qu’ils ne se saluent pas, merci pour cette information parce que maintenant je vois que le problème n’est pas en moi, haha. Après quelques fois du silence en réponse de mon “Bonjour” j’ai commencé à me comporter comme tout le monde – saluer personne 🙂

    • Répondre Lisa 12 février 2017 at 6:59

      Merci beaucoup ! Concernant les différences entre Américains et Canadiens, je ne peux pas vraiment en parler et me base juste donc sur le ressenti de mon boss américain. Mais je veux bien le croire ! Par contre, je ne sais pas si leur amitié est plus authentique… Dans un sens, je pense que les Canadiens sont peut-être plus « honnêtes » et ne tentent pas d’en faire des caisses.

      Effectivement, pas mal de collègues ne saluent jamais ! Cela dit, est-ce vraiment différent de la France par exemple ? Je ne suis pas sûre. Je trouve que si tu salues les gens ici, ils te rendent ton bonjour mais en France ce n’est pas toujours le cas 😉

  • Répondre Niklasky 13 février 2017 at 11:48

    Les americains sont souvent tres friendly, ils t’invitent chez eux facilement, ils t’emmenent en balade, t’invitent a des “cook-out”, tu te fais des copains plus facilement, meme si ca reste souvent assez superficiel. Et de la meme maniere que les americains sont plus abordables, ils sont aussi plus coleriques et aggressifs. Ils laissent transparaitre leurs sentiments beaucoup plus que les Canadiens qui gardent leur ressentiment a l’interieur. Un Canadien qui te deteste va quand meme te faire des grands sourire et eviter la confrontation, alors qu’un americain te fera la gueule et te confrontera.
    Une autre difference que j’ai remarquee : chez les americains, tu gardes tes chaussures, meme quand il y a de la moquette. Chez les Canadiens, on se dechausse systematiquement.
    C’est un detail, je sais.

    • Répondre Lisa 13 février 2017 at 12:17

      Et j’avoue qu’il y a un peu un côté Français finalement chez les Américains pour le côté franc. Y a rien de plus agaçant qu’un canadien qui ne veut aucun conflit et n’assume donc rien ! C’est juste horripilant.

      Pour la moquette je savais pas du tout ! Une fois chez ma voisine j’ai zappé d’enlever mes chaussures (pantoufles en fait, elle est à 2 m de chez nous) et elle faisait une sale tête en gros. (Ce n’était pas de la moquette en passant) J’avoue que j’aimerais pas que des gens marchent sur ma moquette avec leurs pompes !

  • Répondre Jeanviet 13 février 2017 at 1:20

    Ce qui serait intéressant pour un prochain article, cela serait de demander ce que pensent les Canadiens des expatriés français 😉

    • Répondre Lisa 13 février 2017 at 8:53

      Pas faux ! Malheureusement, les connaissant, ils n’oseraient pas dire ce qu’ils pensent… Il faudrait vraiment demander à quelqu’un qu’on connait hyper bien et qui serait d’accord pour être 100 % honnête 😉 Sinon, ça doit se trouver en ligne héhéhé !

  • Répondre Guillaume 17 février 2017 at 5:13

    Le coup d’enlever ces chaussures, c’est juste pas uniquement parcequ’on marche dans la neige 5 moi ssur 12, et que du coup, on a pris l’habitude de de déchausser systématiquement pour pas salir avec de la slush ?

    • Répondre Niklasky 17 février 2017 at 8:30

      Bah non. Ici a Toronto on ne marche pas dans la neige 5 mois par an. Une semaine tout au plus (et encore). Sans doute encore moins a Vancouver. Et pourtant les gens se dechaussent, ce que je trouve normal.
      Et je dis pas que personne ne se dechausse aux USA, juste que c’est nettement plus commun de garder ses pompes quand tu entres chez les gens.
      Mais c’est un detail.

      • Répondre Lisa 17 février 2017 at 8:44

        Oui il me paraît tout à fait logique d’enlever tes chaussures quand tu vas chez quelqu’un histoire de pas degueulasser leur moquette ou leur parquet ! Surtout la moquette quoi. C’est une horreur à nettoyer même avec une machine donc la moindre des politesses est d’enlever tes chaussures si tu entres chez quelqu’un. Certains vont d’office te dire que tu peux les garder.

  • Répondre Annelise | Une Frenchie à Montréal 17 février 2017 at 7:00

    Très sympa cet article (comme toujours!). Je dois t’avouer que moi aussi je ne comprends toujours rien à l’amitié à la canadienne…

    • Répondre Lisa 20 février 2017 at 4:24

      Merci beaucoup d’être passée 🙂 Et encore, ça c’est juste entre les collègues 😉 Faut voir le nombre d’annulations dernière minute totalement wtf des Canadiens. Même quand il s’agit d’entretiens pour du boulot ! Ma boss a encore eu affaire à ça la semaine passée 😉 (Annulation wtf le matin pour un rdv l’après-midi)

      Donc il n’y a pas que les amitiés, je crois que leur vie est faite ainsi !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.