Anecdote

[La vie au Canada] L’art de la prononciation anglaise

Je travaille 100 % en anglais depuis 2 ans et demi et depuis 2 ans et demi, je suis la seule étrangère des deux différents départements dans lesquels j’ai évolué. Contrairement à Toronto où il y a énormément de non Canadiens, Calgary est un peu différente. Les immigrés représentaient 26% de la population Calgarienne en 2011 contre 46% à Toronto. Autant dire qu’il semble peut-être plus facile de s’intégrer à Toronto qu’à Calgary.

Quand je dis que je suis la seule étrangère, j’évolue avec des gens qui sont nés au Canada et souvent à Calgary. Contrairement à Toronto, les gens ici ne sont pas vraiment habitués aux accents. Je n’ai qu’une seule collègue qui ne m’a absolument jamais fait répéter quoique ce soit et elle avait vécu 10 ans à Londres.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, j’ai un très bon anglais et je parle quasiment sans accent. Evidemment, il y a quand même une légère pointe d’accent quand je parle (parce que je ne pense pas qu’il soit humainement possible d’être né en France, de parents Français, d’avoir immigré adulte et de parler comme un anglophone. Non je ne pense franchement pas que ce soit possible mais certains anglos parlent Français quasiment sans accents aussi !) Les gens me demandent par contre d’où je viens mais ne devinent jamais que je suis Française. Bekoze you scie, aie donte ave meutch off eune accente.

Ce qui n’empêche pas la prononciation de mots hasardeuse.

Quelques mots qui se ressemblent

Ca serait un peu trop simple de parler couramment anglais et de savoir prononcer tous les mots du dictionnaires surtout que certains sont tricky comme on dit.

Prenez les mots Beach et Bitch qui pour un Français se prononcent pareils. L’un veut dire plage, l’autre veut dire… connasse. Faut donc pas trop se planter quand on dit qu’on va à la plage. Heureusement, au Canada (et surtout à Calgary), c’est assez rarement le cas.

Ou Spreadsheet et Spread Shit. Tableur pour le logiciel Excel et étaler de la…merde. Et ça Excel, on l’utilise quand même assez souvent… Il faut donc dire spreadsheeeet et non Spread shit.

Sauf que très honnêtement pour un francophone, quand un anglophone prononce ces mots, on ne voit pas forcément de différence. Et pourtant…

La plupart des Canadiens n’osent absolument pas corriger un non anglophone. Je pense qu’il y a 2 raisons à ça :

  1. Ils s’en foutent
  2. Ils n’osent pas

Apprendre à mieux prononcer certains mots

La seule collègue qui ne m’a jamais fait répéter le moindre mot m’a dit qu’il était tellement compliqué d’apprendre une langue étrangère que jamais de la vie elle ne se permettrait de corriger un non anglophone parce que c’est déjà un exploit en soi de parler une langue autre que sa langue natale.

J’ai trouvé l’explication intéressante mais malheureusement pas très utile pour le non anglophone qui ne sait donc pas qu’il fait des erreurs.

Les Français ayant la fâcheuse tendance (ou pas) de systématiquement corriger un interlocuteur étranger pour leur expliquer qu’on ne dit pas ça ou tel mot ne se prononce pas comme ça. Je pense qu’on apprend donc plus facilement que la règle de base canadienne qui est de dire « hein ? J’ai pas compris. » Et il n’y a rien de plus horripilant que ça quand on a passé des heures à apprendre une langue en essayant de prononcer chaque mot du mieux qu’on pouvait. Ben non, y a un des mots qui n’a pas été compris… C’est ultra rageant.
Le Canadien va donc soit réécouter la phrase (que vous allez tenter de mieux prononcer) ou alors il va prononcer le mot de manière correcte en répondant à votre question. Ce qui, en gros, vous donne un indice que votre prononciation était pourrave.

Ma voisine, une Canadienne du Saskatchewan, âgée et absolument adorable reprononce systématiquement les mots que je ne prononce pas bien et si je ne les prononce pas correctement au deuxième coup, me le fait reprononcer jusqu’à ce que je comprenne comment il faut le dire. Je trouve ça assez génial. Bon d’abord, elle dit toujours ce qu’elle pense (je pense que c’est surement parce qu’elle a 75 berges et qu’en gros, elle s’en tape) et en plus elle m’aide carrément ! Parce que les mots qu’elle prononce pour m’aider, personne d’autre ne les a jamais prononcé de manière correcte pour m’aider à m’améliorer.
Je lui ai quand même fait savoir que parfois c’est super compliqué de bien prononcer certains mots parce que je ne suis anglophone et que du coup certaines intonations n’existent pas dans mon vocabulaire.

Et les mots français en anglais ?

Certains mots du vocabulaire anglais viennent du français, ils sont rares mais il y en a.

Pour Noël, une collègue nous a offert des Ferrero Rocher. Ma collègue n’étant pas au bureau quand elle est venue nous les donner, j’ai entrepris de lui expliquer qu’elle les avait déposé. Et je me suis dit que comme c’était quand même un mot français (Rocher), elle allait comprendre ma prononciation française. Epic Fail, elle n’a rien compris.

J’ai donc dû redire ma phrase en disant “Ferrayrrrooo Roooshéééé” et là elle a compris.

Il est donc parfaitement inutile de tenter une prononciation française quand les gens ne connaissent rien au français. C’est un peu comme dans la cité de la peur et le mot Serial Killer quoi.

Je vous rassure, au fil du temps, on finit par connaître 80 % du vocabulaire anglophone, ce qui permet une bonne prononciation mais il reste toujours certains mots qu’il est difficile de bien prononcer !

Et vous, des anecdotes à ce sujet ?

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi :

9 Commentaires

  • Répondre Marie 12 mars 2017 at 10:10

    Article intéressant, je m’y retrouve mais moi je demande qu’on me reprenne car mes cours d’Anglais remontent à il y a 15 ans et je ne l’utilisais pas en France. Ça m’aide à bien prononcer et en 18 mois j’ai fait d’énormes progrès. Je bute toujours sur quelques mots ridicules , comme par exemple “width” que je foire une fois sur 2, je ne sais pas pourquoi mais il finira bien par rentrer.
    De mon côté je corrige tous les mots français mal prononcés, il n’y a pas de raison… mais des fois ils utilisent des noms ou des mots français que je ne comprends pas malgré toute ma bonne volonté.

    • Répondre Lisa 12 mars 2017 at 10:21

      J’ai demandé plusieurs fois à être reprise pour pouvoir m’améliorer. Les Canadiens te disent oui oui et puis ne le font pas histoire de ne pas t’embêter. En tout cas c’est ce que j’ai eu. Tu as réussi à te faire reprendre de ton côté dans avoir à redemander ?

      Tiens un mot pour toi : Feud. Tu le prononcerais comment ? J’ai demandé à un collègue vu qu’une nouvelle série portant ce nom vient de sortir.

  • Répondre Niklasky 21 mars 2017 at 2:20

    Et sinon, tu peux etaler de la merde sur un tableau Excel. C’est possible !

    • Répondre Lisa 21 mars 2017 at 2:45

      Je ne connais pas cette technique 😉

  • Répondre Caroline 29 mars 2017 at 11:25

    Je suis au Québec, dans une grande institution bancaire québécoise et francophone (laquelle, mystère), et mes collègues québécois, qui ont beau être francophones, rigolent bien quand je parle du wifi, enfin du waïfaï 😀

    Mais c’est vrai que quand je lis des messages d’erreur sur mon ordi, qui sont en anglais, avec ma prononciation parfois pourrave (“RDL was corrupted” donne “RDL ouaze corruptaide”, “Deleted” donne “Délaitaide”), ils ne me reprennent pas. Même si eux prononcent les mots anglais à l’anglaise, justement…

    Ma belle-soeur qui vit aux States depuis une quinzaine d’années, a eu pas mal de difficultés au début, avec notamment des mots comme “beach”, ou “moose” : elle en a aperçu un un jour au bord de la route, elle a voulu le raconter à son mari -américain- et lui a dit toute excitée qu’elle avait vu une… souris (“mouse”) ! Son mari ne comprenait pas pourquoi elle était aussi contente d’avoir aperçu une souris 😀

    • Répondre Lisa 29 mars 2017 at 4:52

      Très drôle tes anecdotes ! Surtout la prononciation !!! Je vois bien 😉

      Pour ta belle soeur j’en ai une bonne : Mouth et Mouse. Bon courage 😉

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.